Crédit : Photo AFP

Canadiens de Montréal

Carey Price a perdu la finale, mais a gagné le respect

Publié | Mis à jour

Le gardien du Canadien de Montréal Carey Price n’a peut-être pas remporté la coupe Stanley, mais il a certainement prouvé au cours des dernières séries éliminatoires qu’il faisait partie des meilleurs. Ceux qui en doutent sont malhonnêtes.

«Je ne crois pas avoir assez bien joué au début de la série finale», a pourtant répondu Price, mercredi soir, à un journaliste qui lui demandait ce qui avait fait la différence contre le Lightning de Tampa Bay. 

À ses côtés en conférence de presse, le capitaine Shea Weber l’a immédiatement contredit: «je ne pense pas que ce fut le cas. Pour être honnête, je crois que nous n'avons pas été assez bons devant Carey».

Tout en incluant cette finale perdue en cinq parties contre le Lightning, Price a conclu ce fameux parcours éliminatoire avec un dossier de 13-9, une moyenne de buts alloués de 2,28 et un taux d’efficacité de ,924. Sans lui, le Canadien n’aurait tout simplement pas atteint la finale de la Coupe Stanley.

Réactions des coéquipiers 

Après la dure défaite de mercredi soir, on a vu plusieurs joueurs du Tricolore enlacer leur gardien. Sous l’oeil de la caméra, Corey Perry, Tyler Toffoli, Cole Caufield, Joel Edmundson et Paul Byron, entre autres, ont tour à tour montré leur respect à Price.

Et après le sixième match ayant causé l’élimination des Golden Knights de Vegas en demi-finale, qui ne se souvient pas de cette accolade entre le directeur général Marc Bergevin et son gardien numéro 1?

C’est ensuite en entrevue à l’émission «JiC», sur les ondes de TVA Sports, que Bergevin avait décrit ce lien spécial qui l’unit à Price, ajoutant qu’il sentait «un peu son protecteur».

«Au Québec, on a des partisans qui sont passionnés, et souvent, la passion amène des émotions, avait déclaré Bergevin. Tu peux être fâché, t'en prendre à des joueurs. Ils vont souvent s'en prendre au DG, au "coach" et à Carey. Et voir où on est rendus, ça me fait chaud au coeur pour lui, parce qu'il a souvent été critiqué. Je vais mourir avec Carey Price. Aujourd'hui, je pense que le Québec au complet a compris c'est quoi, Carey Price.»

Parmi les grands du CH 

Dans la riche histoire du Canadien, Price pointe au quatrième rang parmi les gardiens les plus victorieux en séries éliminatoires, avec ses 43 gains. Il suit Ken Dryden (80), Patrick Roy (70) et Jacques Plante (59).

En saison régulière, l’athlète de 33 ans vient par ailleurs au premier rang de l’équipe avec 360 victoires, devant Plante (314) et Roy (289).