Crédit : Photo AFP

Séries de la LNH

Ben Bishop élogieux envers Andrei Vasilevskiy

Publié | Mis à jour

Andrei Vasilevskiy a remporté mercredi sa deuxième coupe Stanley consécutive et son premier trophée Conn-Smythe, remis au joueur par excellence des séries éliminatoires. Aujourd’hui parmi l’élite de la Ligue nationale de hockey (LNH), le gardien russe n’a pas tardé à impressionner ses coéquipiers dès son entrée dans le circuit, en 2014.

Son ancien mentor chez le Lightning de Tampa Bay, Ben Bishop, s’est livré au site The Athletic par rapport à ses impressions relatives à son «petit frère». 

«J’ai été impressionné par ‘’Vasy’’ dès la première fois que j’ai patiné à ses côtés. Nous effectuions des exercices de patinage et on pouvait voir l’étendue de toute sa force et de sa flexibilité. Dans les premières années, il a connu des difficultés. On voyait le potentiel et il est passé par un processus pour se rendre au niveau où il est aujourd’hui. Il gagnait plusieurs parties 6 à 5 au début, mais il ne fait plus ça, maintenant.»

Excellent étudiant 

Vasilevskiy s’est amené en Amérique du Nord en parlant peu anglais, mais avec tout le désir du monde d’apprendre et de s’améliorer.

«Il a montré un gros intérêt envers le maniement de rondelle, a raconté Bishop. C’est plaisant de voir la vitesse à laquelle il a progressé. Quand il est arrivé, il était plutôt cru dans cette facette de jeu, mais il a mis la main à la pâte tous les jours et est devenu bon. Il a travaillé tout en ayant du plaisir.»

Le gardien aux réflexes de félin a vu son «grand frère» se faire échanger aux Kings de Los Angeles en 2017, entre autres pour le défenseur Erik Cernak – un autre joueur qui s’épanouit à merveille chez les «Bolts» - et depuis, il a rapidement gravi les échelons du palmarès des meilleurs de sa position dans la LNH.

En 325 parties disputées au sein du circuit Bettman, Vasilevskiy a maintenu une fiche de 206-86-3, en plus d’afficher un taux d’efficacité de ,921 et une moyenne de buts alloués de 2,46, et de réaliser 31 jeux blancs au passage.