Crédit : AFP

LNH

Gary Bettman continue de se faire des ennemis

Publié | Mis à jour

La cote de popularité de Gary Bettman n’était déjà pas bien haute au Québec, voilà que le commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH) en a ajouté une couche en omettant de mentionner le parcours en séries du Canadien de Montréal au moment de présenter la coupe Stanley au Lightning de Tampa Bay, mercredi soir.

Erreur honnête ou pure vilenie, le manquement à la tradition en a fait réagir plus d’un sur les réseaux sociaux. 

C’est que chaque saison ou presque, Bettman réserve un petit mot à l’équipe qui a baissé pavillon en finale. En 2020, les remerciements avaient été assez discrets, le commissaire notant «l’excellente série entre le Lightning de Tampa Bay et les Stars de Dallas».

C’est déjà plus que cette saison, où le Tricolore, l’équipe la plus décorée de l’histoire de la LNH, n’a pas été évoqué une seule fois. Au moment de remettre le trophée Conn-Smythe à Andrei Vasilevskiy, Bettman a indiqué que le Russe était le premier gardien depuis Ken Dryden à jouer tous les matchs en séries durant deux conquêtes consécutives de la coupe.

La mention de Dryden, un ancien du CH, est ce qui s’approche le plus d’une reconnaissance du parcours du Canadien...

«Un aréna plein, une atmosphère incroyable et un autre championnat à Tampa. On dirait que les choses sont normales!», a aussi déclaré Bettman, qui, sans le vouloir, a lancé une autre flèche au Québec et à la limite de 3500 partisans admis au Centre Bell.

En 2019, les Blues de St. Louis avaient gagné le match décisif au domicile des Bruins de Boston. Bettman n’avait pas manqué de souligner la passion des partisans.

Même chose l’année précédente lorsque les Capitals de Washington avaient vaincu les Golden Knights de Vegas. Le commissaire avait alors dit que ces derniers avaient eu la meilleure première campagne d’une équipe d’expansion dans l’histoire du circuit.

Gary Bettman aura amplement d’occasions de rectifier le tir d’ici le début de la prochaine campagne. Au repêchage de 2022, à Montréal, les partisans s’en souviendront peut-être encore...