Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Canadiens de Montréal

Alain Côté est un fier partisan du Lightning

Publié | Mis à jour

Avec 87 % de la population du Québec qui se range derrière le Canadien de Montréal dans cette finale de la Ligue nationale de hockey (LNH), Alain Côté ne cache pas son allégeance au Lightning de Tampa Bay, n’ayant aucune crainte de nager contre le courant.

«C’est certain qu’avec mon fils Jean-Philippe qui est le directeur du développement pour le Lightning, je ne me suis pas posé aucune question. Il est présentement en Floride où il s’occupe de garder les réservistes en forme», mentionne d’entrée de jeu l’ancien numéro 19 des Nordiques de Québec.

• À lire aussi: Le CH défie l’histoire

• À lire aussi: «Pas question de perdre sur une punition de notre capitaine»

Le «bœuf de Matane», célèbre dans la province pour le fameux but que l’arbitre Kerry Fraser lui a refusé dans la série des Nordiques contre le Canadien en 1987, revenait d’ailleurs du quatrième match au Centre Bell lorsque «Le Journal de Québec» l’a joint. Probablement le seul automobiliste déçu du résultat pour faire le trajet de retour sur l’autoroute 20.

«Ce n’est pas vrai que je suis le seul partisan de Tampa, j’ai vu quelques gilets de [Steven] Stamkos dans les estrades, mais il n’y en avait pas beaucoup. Il ne manquait pas grand-chose pour que le résultat soit différent avec les quelques poteaux frappés lors des jeux de puissance. Cependant, Montréal a bien joué. Ce n’est pas la même formation lorsqu’elle réussit à marquer le premier but, et [Carey] Price a été très solide.»

Content pour la province 

Côté, maintenant âgé de 64 ans, assure que la haine qu’il a déjà entretenue pour la Sainte-Flanelle est très loin.

«J’ai suivi le cheminement du Canadien pendant les séries et c’est très bon pour le Québec. C’est rafraîchissant et les gens avaient besoin de ça. Ça ne change pas le fait que je pense que ça va se finir au prochain match. Le Lightning veut finir ça rapidement et [les joueurs] vont tout faire pour terminer ça à la maison. Tout ce qu’on veut comme parents, c’est de voir notre fils avec une deuxième coupe Stanley, même si ça va déplaire à plusieurs!»