MLS-SOC-SPO-CF-MONTREAL-V-INTER-MIAMI-CF

Photo : Amar Sejdic, du CF Montréal, tentait d’en découdre avec Rodolfo Pizzaro lors du premier duel de la saison entre les deux équipes en mai à Fort Lauderdale. Crédit : Photo d'archives, AFP

Club de foot Montréal

CF Montréal: à domicile sur la route

Le match à la maison contre Miami est joué au New Jersey

Publié | Mis à jour

Le CF Montréal va tenter de rester invaincu pour un quatrième match consécutif en recevant l’Inter Miami CF au Red Bull Arena, dans l’État du New Jersey, ce soir.

Vous avez bien lu. Même si les deux adversaires sont basés à Fort Lauderdale, en Floride, le DRV PNK Stadium n’est pas libre ce week-end et les force à disputer ce match à deux heures d’avion au nord. 

La rencontre sera présentée à TVA Sports et TVA Sports direct dès 19h.

Ce sont les joies, ou plutôt les absurdités, de la vie de nomade à laquelle est confiné le CF Montréal depuis l’automne 2020.

On espère maintenant que les choses rentreront dans l’ordre au cours des prochaines semaines et qu’après le retour à Montréal pour une pause, la semaine prochaine, l’équipe n’aura pas à retourner aux États-Unis pour une raison autre qu’y affronter un adversaire.

Jeu défensif 

On a fait grand état, depuis huit matchs, du manque de constance sur le plan offensif, mais il ne faudrait pas que ça occulte l’effort défensif de l’équipe.

En effet, avec dix buts accordés en autant de rencontres, la formation montréalaise connaît son meilleur début de saison défensif depuis son arrivée dans la MLS, en 2012.

« Je ne suis pas tout le temps sur les stats, mais j’avoue que celle-là me fait plaisir », a reconnu Wilfried Nancy.

« J’aime que mon équipe attaque, mais aussi qu’elle défende. Ça prouve qu’on essaie d’être haut sur le terrain et d’empêcher l’adversaire de prendre de la vitesse et ça nous aide. »

Culture 

Amar Sejdic a lancé des fleurs à ses coéquipiers en insistant sur l’importance de la culture qui règne dans le vestiaire.

Au moins, la vie loin de la famille en Floride aura contribué à resserrer les liens entre les joueurs qui sont très solidaires, selon le milieu de terrain.

« Je crois que la culture de notre équipe est très forte en ce qui concerne l’effort l’un pour l’autre sur le terrain. Le lien d’amitié est fort. »

« Nos arrières centraux et nos pistons sont bons et les joueurs sont braves en plus de bien communiquer ensemble. On a un cœur solidaire. »

Mauvaises décisions 

Malgré la qualité du jeu défensif solidifié par le travail de Kiki Struna, de Rudy Camacho et de Kamal Miller en défense centrale, cette équipe doit améliorer son bilan en fin de match.

Car des dix buts accordés, neuf l’ont été en seconde demie, dont cinq dans le dernier quart d’heure.

« Je ne crois pas que c’est de la fatigue, a avancé Amar Sejdic, je crois que certaines personnes ont pris de mauvaises décisions. Ce sont des moments où nous devons trouver une façon de faire la bonne chose. » 

« Tout le monde doit en tirer une leçon et pas seulement les joueurs qui étaient sur le terrain », a-t-il poursuivi pour faire comprendre que son objectif n’était pas de pointer qui que ce soit du doigt.

Des retours 

Il est maintenant acquis que Clément Diop sera absent pour une période prolongée. Nancy n’a pas voulu s’avancer en mentionnant que ça pourrait s’étendre d’un à trois mois, ce qui fait en sorte que l’équipe s’est entendue avec la sélection canadienne pour que James Pantemis ne soit pas appelé pour la Gold Cup qui sera disputée ce mois-ci.

Romell Quioto est toutefois de retour avec l’effectif et sera en mesure de jouer ce soir, peut-être sera-t-il même partant.

Lassi Lappalainen est également revenu de son séjour avec l’équipe nationale finlandaise qui a participé pour la première fois à l’Euro.

Nancy peut également compter sur le retour de l’attaquant Bjørn Johnsen, qui a raté le dernier match en raison d’une blessure mineure. 

Ça se replace lentement   

On peut avancer sans avoir peur de se tromper que la seconde saison de l’Inter Miami CF ne se déroule pas comme la direction l’aurait voulu.

Le club du sud de la Floride occupe le 12e rang de l’Association de l’Est avec une fiche de deux victoires, six défaites et deux verdicts nuls.

Qui plus est, les hommes de Phil Neville ont perdu leurs quatre derniers matchs, ce qui n’empêche pas l’entraîneur anglais d’être optimiste malgré tout. « Je dois dire que dans nos derniers matchs, nous avons été fantastiques en ce qui concerne l’agression, le pressing et l’énergie que nous avons déployée. »

Il semble donc que malgré les problèmes de constance qui peuvent survenir quand un nouvel entraîneur arrive, les choses soient en voie de changer pour Miami, qui a perdu 2 à 0 à son premier affrontement contre le CF Montréal.

Match charnière 

Après avoir été blanchi trois fois de suite, Miami s’est incliné 2 à 1 contre Orlando le week-end dernier et ce match semble avoir eu un effet bénéfique sur le groupe.

« Après ce match, a indiqué le milieu canadien Jay Chapman, on a vu un nouveau désir de la part de l’équipe, on a vu qu’on pouvait entrer dans un match contre une bonne équipe et dicter l’allure de la rencontre. »

« Je crois que les gars sont excités par cette perspective et nous essayons maintenant de nous rattacher aux éléments positifs que nous avons faits à Orlando afin d’obtenir un bon résultat cette fin de semaine. »

Pour Chapman, la recette n’est pas bien compliquée. « Nous voulons être une équipe difficile à briser et efficace sur le pressing. »

Créativité 

Pour avoir du succès, Miami va devoir être plus menaçant sur le plan offensif et ne plus dépendre uniquement des frères Gonzalo et Federico Higuain, qui ont inscrit 67 % des buts de l’équipe.

« Nous devons créer plus de chances, a insisté Victor Uloa. Nous devons avoir une meilleure concentration, surtout quand nous sommes dans le dernier tiers et quand nous devons servir la dernière passe. »

« Il nous manque la dernière touche afin de pouvoir mettre la balle au fond du but. Une fois que nous aurons trouvé notre rythme, nous allons commencer à voir des résultats. » 

L’adversaire en 5 points   

ÇA VA MAL

Depuis sa première victoire de la saison, le 25 avril, l’Inter Miami CF s’enfonce et n’a remporté qu’un match en huit sorties. Il cumule quatre défaites consécutives, dont trois par blanchissage.

MEILLEUR À L’ÉTRANGER

Miami est certainement l’une des rares équipes de la MLS à présenter une meilleure fiche à l’étranger qu’à la maison, avec une seule défaite (2-2-1) en cinq matchs. Miami n’a pas encore gagné à la maison (0-5-1).

L’AFFAIRE DES HIGUAIN

Une chance que les frères Gonzalo et Federico Higuain sont là pour Miami parce que, sinon, ça serait un véritable désert offensif. Les frangins ont marqué les deux tiers des neuf buts de l’équipe, Gonzalo en ayant cinq et Federico un.

CINQ SUR DIX

Dans le même ordre d’idées, on n’a pas besoin de chercher bien loin pour comprendre les déboires du club de David Beckham. L’Inter a été blanchi dans cinq matchs sur dix et a marqué plus de deux buts seulement trois fois.

DIFFICILE DEUXIÈME DEMIE

Comme beaucoup d’équipes, Miami accorde plus de buts en seconde demie. Mais vraiment plus. Avec cinq buts contre en première demie, ça va, mais onze en seconde, c’est du lourd, surtout dans le second quart d’heure de celle-ci, où l’adversaire a marqué six fois.