Club de foot Montréal

«On en a marre!» - Rudy Camacho

Publié | Mis à jour

«On en a marre de la situation et de ne rien savoir, a admis Rudy Camacho lors d’un point de presse, mardi. Vous en savez plus que nous, on apprend des choses sur les réseaux sociaux.»

La situation les exaspère, puisqu’ils devront notamment jouer un match à domicile au New Jersey, le stade de l’Inter Miami CF n’étant pas disponible samedi. Mais c’est surtout le sentiment d’être tenus à l’écart qui leur entre sous la peau.

• À lire aussi: Le CF Montréal embauche un nouveau défenseur

• À lire aussi: Un autre match nul pour le CF Montréal

«Personne ne nous parle de la suite. Un peu plus de communication, ça serait bien.»

Rappelons que l’équipe est en Floride depuis le début du mois d’avril, tout comme le Toronto FC (NDLR : à Orlando), pendant que Vancouver est à Salt Lake City.

Pas si mal  

Dans les circonstances, la fiche de 3-3-4 n’est pas si mal, surtout si on compare à celles de Toronto (1-7-2) et de Vancouver (2-6-2) qui sont tous derniers de leur association respective.

C’est pourquoi les joueurs ne paniquent pas quand on leur parle du but encaissé en fin de match contre Nashville, samedi, et qui a privé l’équipe de trois points.

«Il faut qu’on sache tuer les matchs et qu’on se mette à l’abri. On a pris un point, ce n’est pas si mal», a commenté Camacho en envoyant une pointe à l’endroit de Nashville.

«Ils ont joué 11 matchs devant leurs partisans et nous, on en a joué zéro.»

Solides  

On trouve que l’équipe ne marque pas beaucoup de buts, mais elle est invaincue à ses trois dernières sorties au cours desquelles elle n’a accordé qu’un seul but et réalisé deux jeux blancs.

Oui, l’adversaire obtient des tirs, mais Camacho a tenu à remettre les choses en contexte.

«Je nous sens solides avec le ballon dernièrement. On concède pas mal de tirs, mais il faut voir quel genre de tirs.»

Il reconnaît tout de même qu’il faut trouver des solutions offensives pour enlever un peu de pression sur les épaules des joueurs défensifs.

«Il faut progresser dans l’animation pour marquer plus de buts.»

Avenir  

Le contrat de Camacho vient à échéance à la fin de la saison et il a une fois de plus révélé mardi qu’il n’avait pas encore eu de discussion avec le club pour une prolongation.

Élu au sein de la première équipe d’étoiles de la MLS de la dernière semaine, son coéquipier en défense centrale, Kiki Struna, se retrouve dans la même situation.

«Je suis heureux avec cette équipe, j’aime le groupe et les entraîneurs, a assuré le Slovène. Je veux rester ici, mais il ne reste que six mois à mon contrat et ils ne m’ont pas encore fait d’offre. Pour le moment, je suis un joueur de Montréal.»

Les choses pourraient donc changer prochainement, puisque la fenêtre de transfert de la MLS s’ouvrira le 7 juillet.

Heureusement qu’il y a du renfort avec l’embauche, plus tôt cette semaine, du jeune arrière islandais Robert Thorkelsson.

Dur mais beau  

Dans un autre registre, Camacho a vécu des émotions fortes avec les autres Français de l’équipe, lundi, en regardant le match de l’Euro entre la France et la Suisse, une défaite aux tirs au but.

«C’était dur, on était tous déçus de la première mi-temps, il y avait moyen de faire un peu mieux.»

«Ils ont rectifié le tir et on est passés par toutes les émotions. Ça fait du bien de vivre des matchs comme ça, même dans la défaite.»