Canadiens de Montréal

«C'est un mauvais choix de personnel»

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal n’ont pas su capitaliser sur leurs meilleures chances de marquer, mercredi, ce qui leur a finalement coûté le deuxième match de la série.

Même si deux erreurs défensives auront finalement fait la différence dans la rencontre, c’est plutôt un choix tactique douteux du CH lors d’un jeu de puissance qui a soulevé de nombreux questionnements chez les experts.   

En effet, le Tricolore a bénéficié d’un quatre contre trois en fin de première période lorsque le défenseur Ryan McDonagh a été chassé pour quatre minutes après avoir donné un coup de bâton au visage de Phillip Danault. 

À la place d’envoyer ses experts en avantage numérique, l’entraîneur Luke Richardson a notamment décidé d’envoyer Tyler Toffoli et Shea Weber au détriment de Jeff Petry et de Cole Caufield. Une stratégie qui n’aura finalement pas porté fruit, car Montréal n’a pas réussi à être réellement menaçant.

Aux yeux de l’analyste Maxim Lapierre, il s’agit tout simplement «d’un mauvais choix de personnel». 

«Qu’est-ce que Petry faisait sur le banc dans cette situation-là? C’est assez incroyable, a-t-il affirmé sur les ondes de TVA Sports après la défaite des Canadiens. Tu as besoin de tes joueurs qui sont créatifs, qui sont capables de lancer au filet...» 

«C’est un mauvais choix de personnel.»   

Le journaliste Renaud Lavoie a ajouté qu’il ne comprenait pas pourquoi les visiteurs ont décidé de changer une recette gagnante à un moment aussi crucial.

«Tu dois être grandement imaginatif. Le fait que Cole Caufield n’était pas sur la glace avec Nick Suzuki [ ... ] c’était difficile de comprendre pourquoi on y est allé d’une telle stratégie», a-t-il mentionné. 

Cet échec en avantage numérique aurait été le point tournant de la rencontre, selon Lavoie.

«Je trouve que le momentum, d’une certaine façon, s’est perdu là. Les Canadiens avaient le Lightning dans les câbles. Tu marques un but, c’est un gros but et tu ne sais pas ce qui peut arriver par la suite.»

Guillaume Latendresse était d’ailleurs du même avis. Une chose très simple explique cet avantage numérique désastreux, selon l’ex-attaquant du CH. 

«Le quatre contre trois, ce n’est pas quelque chose qui arrive souvent dans une saison, donc tu ne prends pas le temps de le pratiquer. Ça te met un peu vulnérable, car le groupe de trois du Lightning peut être plus agressif, mettre de la pression et récupérer les rondelles. Et c’est ce qu’ils ont fait.»

«Quand t’as des cadeaux comme ça ou des opportunités, il faut que tu capitalises. Et c’était le point tournant, il faut que tu en profites», a conclu l'animateur Louis Jean. 

À voir dans la vidéo ci-dessus.