FBL-EURO-2020-2021-MATCH44-ENG-GER

Crédit : AFP

Patrice Bernier

Attaque au rendez-vous: Euro et CF Montréal

Attaque au rendez-vous: Euro et CF Montréal

Patrice Bernier

Publié 01 juillet
Mis à jour 01 juillet

Ça passe vite : nous arrivons déjà aux quarts de finale de l’Euro 2020!

On a eu droit à quelques surprises lors des huitièmes et c’est peu de le dire : les trois puissances du «groupe de la mort»... sont mortes. C’est déjà terminé pour l’Allemagne, la France et le champion en titre, le Portugal. 

Le portrait des quarts se dresse donc ainsi :   

Belgique-Italie

Une autre «finale avant la finale»? Ce match vient cependant avec quelques pansements pour la Belgique, puisqu’on n’est pas certains de pouvoir compter sur Kevin de Bruyne et Eden Hazard, qui sont aux prises avec des pépins physiques. Il s’agira sans doute d’une décision de dernière minute dans leur cas. Peut-être qu’ils démarreront le match sur le banc aussi. L’Italie part donc favorite si ces deux-là sont absents. 

Ça reste un match difficile à départager. Ce sont deux bonnes nations et on l’a vu dans les derniers jours : n’importe quoi peut survenir dans ce genre de rencontre. La force collective italienne contre les fortes individualités belges Romelu Lukaku, de Bruyne et Hazard s’ils jouent. Je me frotte les mains d’excitation! 

Espagne-Suisse

La Suisse est vraiment montée en puissance depuis son duel contre la Turquie (sept buts en deux joutes) et a causé toute une surprise en éliminant la France par la suite. Elle n’a pas démérité, parce qu’elle a été libre et capable de s’exprimer offensivement grâce aux Xherdan Shaqiri, Breel Embolo et autres Haris Seferovic. C’est un peu l’«outsider» à ce point, mais la Suisse peut-elle éliminer un autre grand cador de cette compétition? 

L’Espagne dormait un peu, au début du tournoi, avant de se réveiller au bon moment lors de son gain de 5-0 contre la Slovaquie, pour ensuite l’emporter 5-3 en prolongation contre la Croatie, en huitièmes, dans ce qui est le match du tournoi jusqu’ici. 

Je vois l’Espagne passer au tour suivant en raison de ses atouts offensifs, mais ça risque d’être serré quand même. 

Danemark-Rép. Tchèque

J’ai un penchant pour le Danemark, qui va très bien offensivement. Meilleure attaque derrière l’Espagne sur leurs deux dernières rencontres. Les Tchèques ont fait belle impression depuis le début, il ne faut pas les sous-estimer. La surprise du tournoi viendra du gagnant de cet affrontement. 

Angleterre-Ukraine 

L’Angleterre devrait passer par-dessus l’Ukraine. Il faut noter que les Anglais n’ont toujours pas encaissé de but! On parle souvent de leurs armes offensives, Raheem Sterling, Harry Kane et compagnie, mais on oublie rapidement la force défensive du gardien Jordan Pickford et du groupe d’arrières, qu’ils ont déployée depuis le début du tournoi. 

Ce n’est pas anodin, d’autant plus que cet Euro est déjà le plus offensif de l’histoire avec 123 buts en 44 matchs disputés. (2.80 buts par match).

Crédit photo : Photo AFP

L’attaque du CF Montréal doit débloquer 

Notre CF Montréal sort de deux matchs nuls et on peut constater en premier lieu que dans l’ensemble, la défensive tient bon même s’il apparaît évident que les buts encaissés en toute fin de match demeurent un problème cette saison. 

Mais si ces buts entrent et viennent faire la différence, n’est-ce pas aussi parce que l’attaque du club doit débloquer? 

Parce que c’est l’attaque qui doit permettre à l’organisation défensive de souffler un peu plus. On ne peut pas toujours compter sur les exploits de Clément Diop (ou James Pantemis) et les grandes performances défensives de Rudy Camacho. 

Il faut que l’offensive s’exprime. Présentement, sur dix matchs joués, le club a été blanchi cinq fois. La moyenne de buts projetés par match se situe à 1,12 et elle est souvent en dessous d’un. 

La MLS est une ligue offensive et il faut réussir à peser sur les défenses adverses et enlever cette pression à la défense, en fin de match, de préserver le score alors qu’elle n’a pas l’avantage. 

Étant donné que les pivots Samuel Piette et Victor Wanyama obtiennent beaucoup de temps de jeu, l’attaque repose surtout sur le milieu offensif Djordje Mihailovic qui, au niveau statistique, se présente bien, ayant une moyenne de passes projetées par match de deux. C’est aussi l’un des joueurs qui tentent le plus de tirs au but. 

Mais les attaquants, les Mason Toye, Romell Quioto, Bjorn Johnsen et Erik Hurtado, c’est à eux d’apporter plus. Et, il ne faut pas se le cacher, il faut aussi une meilleure contribution des «pistons» (défenseurs latéraux), Zachary Brault-Guillard, Clément Bayiha, Mustafa Kizza et Zorhan Bassong. Parce que si, dans le schéma de Wilfried Nancy, l’attaque doit reposer beaucoup sur les joueurs à vocation offensive, les joueurs de couloir ont aussi d’importantes responsabilités. C’est eux qui permettent la largeur sur le terrain et qui se projettent vers l’avant pour apporter le surnombre lors d'attaques.

Le CF Montréal est actuellement avant-dernier dans la MLS au chapitre des centres par match. Des chiffres qui démontrent un apport faible des côtés ou d’une mauvaise exploitation de ceux-ci. 

Crédit photo : Christopher Hanewinckel-USA TODAY Sports

Un créateur de plus? 

N’oublions pas la possession de balle, qui est une façon d’aider la défense et évidemment, l’attaque. Elle a chuté, du côté du CF MTL, après un début de saison où le club se situait parmi les meilleurs de la ligue à ce chapitre. Là, on se retrouve dans le dernier tiers avec 48% en moyenne. On arrivait à contrôler les temps forts et faibles. On prêchait un pressing haut et une capacité à garder le ballon, en début de calendrier, mais ça a graduellement changé. Une autre statistique évocatrice à ce sujet est celle des passe-clés, où on dominait au départ de la saison. Un indicateur d’une perte de vitesse dans le secteur offensif : on se retrouve maintenant au 22e rang dans la ligue, avec 76 passes clés quand la majorité des équipes ont atteint la centaine. 

Tout ça amène la question suivante : faut-il ajouter un «créateur» dans la formation? Présentement, Mihailovic répond présent, mais est-ce que les Amar Sejdic, Joaquin Torres, Emanuel Maciel ou Mathieu Choinière, pourquoi pas, peuvent apporter un plus? On sent qu’au plan offensif, on n’est peut-être pas assez nombreux. Est-ce que Nancy doit revoir sa formation afin de mettre plus de joueurs offensifs sur le terrain? C’est une question qui se pose alors qu’on arrive au tiers de la saison. La recette magique pour équilibrer défense-attaque n’est jamais facile.

Pour en revenir à Camacho, force est d’admettre qu’il a su trouver son rôle dans cette équipe au fil des années. Il est impeccable jusqu’à maintenant et la défense tient bien grâce à ses performances et à son leadership au centre. 

D’ailleurs, souhaitons la bienvenue au jeune défenseur central islandais Robert Thorkelsson, acquis ces derniers jours. Un joueur à découvrir, qui viendra donner un coup de main à une arrière-garde qui vient de perdre Luis Binks, parti poursuivre sa carrière à Bologne.