Crédit : AFP

Canadiens de Montréal

Corey Perry a bien failli ne jamais jouer pour le CH

Publié | Mis à jour

Le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, peut certes remercier l’attaquant Corey Perry pour ses bonnes performances cette année, mais aussi l’agent du vétéran pour avoir évité la sélection de son client au ballottage durant l’hiver.

Au cours d’un entretien avec le site The Athletic, Pat Morris a admis que deux équipes de la Ligue nationale de hockey avaient l’intention de réclamer le joueur concerné avant le début du calendrier régulier en janvier. À l’époque, le Tricolore souhaitait assigner l’ancien des Ducks d’Anaheim à son escouade de réserve, mais pour ce faire, il devait l’envoyer au ballottage.  

Aussi, Morris a téléphoné des organisations susceptibles à ses yeux de se montrer intéressées à obtenir Perry, qui avait signé une entente d’un an et de 750 000 $ avec le Canadien le 28 décembre.

«J’ai contacté trois clubs et ils semblaient avoir ce qu’il fallait pour répondre à ses besoins. Je leur ai donc demandé de ne pas le réclamer. Il ne s’agissait pas d’une menace de retraite dans le cas contraire, mais plutôt d’accepter ce que Corey Perry représente. En gros, c’était : si vous pensez le choisir, s’il vous plaît, ne le faites pas.»

«Deux de ces organisations m’ont dit qu’elles s’apprêtaient à le sélectionner avant cet appel et qu’elles allaient respecter son choix de carrière», a enchaîné Morris.

Le patineur ayant remporté une coupe Stanley s’est avéré une embauche judicieuse pour Bergevin. Pugnace et désagréable pour ses adversaires, il a totalisé 21 points en 49 rencontres cette saison. Avant le duel éliminatoire de mardi contre les Golden Knights de Vegas, il revendiquait trois buts et cinq mentions d’aide en 15 parties des séries 2021.