Séries de la LNH

La très dure leçon des Hurricanes

Publié | Mis à jour

Les Hurricanes de la Caroline n’ont pu résoudre l’énigme du Lightning de Tampa Bay et de son gardien Andrei Vasilevskiy au deuxième tour des séries, mais ils croient que leur expérience du printemps 2021 saura les servir pour le futur.

La formation de l’instructeur-chef Rod Brind’Amour s’est officiellement retrouvée en vacances en pliant l’échine 2 à 0 dans le cinquième duel de la finale de la section Centrale, mardi. Reconnue pour son dynamisme, elle a peiné en offensive face aux champions en titre de la coupe Stanley. Ce fut particulièrement évident à domicile, puisque les Ouragans ont été limités à deux buts en trois rencontres à Raleigh, toutes des défaites.

Malgré la défaite, certains voient des éléments positifs dans le parcours du club. Il faut rappeler que la Caroline a terminé au sommet de sa division avant d’éliminer les Predators de Nashville au premier tour. Et après neuf exclusions des séries consécutives, elle a joué les parties d’après-saison lors des trois dernières années. Il y a donc progression.

«Évidemment, nous allons apprendre de cela si nous voulons passer au prochain niveau et devenir une équipe élite, a déclaré au site NHL.com le capitaine Jordan Staal. Nous avons plusieurs très bons jeunes joueurs qui saisissent bien le jeu et savent comment gagner. Cependant, il faut trouver un moyen d’être meilleur dans tous les aspects et ça concerne tout le monde, incluant moi-même. Je pense que nous y sommes. On est très proche, mais une excellente formation a eu le dessus sur nous.»

L’exemple des meilleurs

Effectivement, le Lightning est loin d’être vilain et montre à ses adversaires pourquoi il a soulevé la coupe l’année dernière. Ses éléments-clés sont au rendez-vous soir après soir et il y a peu de faiblesses à recenser dans son effectif. Les Hurricanes veulent prendre exemple sur l’organisation floridienne.

«Ils constituent une excellente équipe pour une raison : il n’y a pas de points faibles, a affirmé Brind’Amour. Ils ont le meilleur gardien au monde [Vasilevskiy] et misent sur quelques hockeyeurs parmi les plus talentueux de la planète. Ils sont forts partout et bien dirigés. Ils ne manquent rien.»

«Nous avons été bons toute l’année, mais lorsque vous affrontez les meilleurs, ça donne une belle comparaison, n’est-ce pas? On peut voir comment ils font pour gagner.»

Au plan des améliorations techniques à apporter, il y aura la performance des unités spéciales quand ça compte. La Caroline a excellé en saison avec des pourcentages de réussite de 25,6 % pour l’attaque massive et de 85,2 % pour l’infériorité numérique, mais contre le Lightning, le jeu de puissance a produit deux fois en 14 occasions, tandis que l’unité de désavantage numérique a cédé sept fois en 16 présences.

«Les gars évoluant sur l’attaque à cinq et l’infériorité numérique doivent être meilleurs. Je suis l’un de ces joueurs étant souvent sur les unités spéciales. Donc, je dois m’améliorer», a émis Sebastian Aho.