JiC

Toffoli continue de faire souffrir Roussel

Publié | Mis à jour

Antoine Roussel continue de souffrir en voyant son ancien coéquipier Tyler Toffoli connaître du succès avec une autre équipe que les Canucks de Vancouver. 

Jean-Charles Lajoie a rouvert ses plaies en lui rappelant les succès du franc-tireur depuis son arrivée à Montréal, mardi, lors de l'émission JiC. Lundi soir, Toffoli a d’ailleurs joué les héros en prolongation pour achever les Jets de Winnipeg. 

• À lire aussi: LNH : cinq balayages inattendus

• À lire aussi: Shea Weber: une première fois au troisième tour

«Il a mis 28 buts [durant la saison régulière], a mentionné Roussel avec amertume. Ça fait mal. Ah que ça fait mal! Et de le voir performer de même en séries aussi. Je suis ultra content pour lui, mais j’en reviens encore à dire que, nous, si on l’avait gardé, je pense qu’on aurait été en séries éliminatoires et qu'on aurait pu créer des surprises, parce que je pense qu’on avait une équipe bâtie, un peu comme le Canadien, pour bien performer en séries.»  

Échangé des Kings de Los Angeles aux Canucks lors de la saison 2019-2020, Toffoli avait très bien fait avec la formation vancouvéroise cette année-là, récoltant 10 points, dont six buts, en autant de matchs et ajoutant quatre points, dont deux buts, en sept rencontres éliminatoires. 

Or, il a accédé à l’autonomie complète par la suite et les Canucks ne lui ont jamais soumis une offre. Toffoli s’est ainsi entendu sur les termes d’un contrat de 4 ans, d’une valeur de 17 millions $, avec les Canadiens. 

Différent de Pacioretty  

Roussel est allé plus loin en soulignant que Toffoli a un atout dans son arsenal que ne possédait pas l’ancien franc-tireur du CH Max Pacioretty, qui évolue désormais avec les Golden Knights de Vegas. 

«Pacioretty et Toffoli sont deux tireurs. La différence entre les deux, c’est que Toffoli est capable de créer de l’offensive tout seul. Il n’a pas besoin d’un autre joueur comme Pacioretty avait besoin de David Desharnais pour lui faire des passes incroyables.» 

Voyez la chronique complète d’Antoine Roussel dans la vidéo ci-dessus.