Canadiens de Montréal

Shea Weber: une première fois au troisième tour

Publié | Mis à jour

À sa 16e saison dans la Ligue nationale de hockey (LNH), le capitaine du Canadien de Montréal, Shea Weber, participera à la troisième ronde des séries pour la première fois de sa carrière.

Si le leadership de Weber semble faire l’unanimité, force est d’admettre qu’il n’avait pourtant pas connu beaucoup de succès lors des éliminatoires par le passé.  

Décidément, ce balayage contre les Jets de Winnipeg, complété lundi soir, a de quoi le réjouir, voire même le libérer d’un poids qui se trouvait sur ses épaules.

Weber, 35 ans, prend part aux séries pour la 11e fois de sa carrière. Or, dans ses 10 participations précédentes, il avait franchi un grand total de quatre rondes, et ce, en incluant le triomphe du Canadien contre les Penguins de Pittsburgh, en 2020, lors du tour qualificatif.

Ses autres séries gagnées avaient été dans l’uniforme des Predators de Nashville, en 2011 (contre les Ducks d’Anaheim), en 2012 (face aux Red Wings de Detroit) et en 2016 (à nouveau contre les Ducks). À chaque occasion, Weber et ses coéquipiers pliaient ensuite l’échine à la ronde suivante. C’est dire que le grand défenseur n’avait jamais atteint une seule fois le troisième tour, avant que le Canadien n’élimine successivement les Maple Leafs de Toronto et les Jets.

Quand ça compte...  

Évidemment, il serait totalement injuste de conclure que Weber n’a jamais eu ce qu’il faut pour inspirer ses coéquipiers, lui qui a encore récemment démontré qu’il était prêt à aller à la guerre malgré une curieuse blessure à un pouce.

Mieux encore, Weber a récolté trois mentions d’aide en quatre matchs face aux Jets, tout en affichant un différentiel de +3 dans cette série. En combinant ses statistiques dans les duels de deuxième tour avant 2021, le valeureux capitaine en arrachait toutefois davantage avec seulement trois points en 18 matchs et un dossier de -8. À la plus récente occasion, Weber avait d’ailleurs terminé le match numéro 7 contre les Sharks de San Jose, le 12 mai 2016, avec une fiche de -3 dans une défaite de 5 à 0 des Predators.

Encore l’an dernier, après la victoire contre les Penguins en ronde qualificative, Weber n’avait pas été à son meilleur dans la série face aux Flyers de Philadelphie. Il avait bel et bien marqué un but dans la première rencontre, mais il avait été blanchi de la feuille de pointage pour les cinq parties suivantes. Le capitaine avait conclu la série avec un différentiel de -2, dont une piètre fiche de -3 lors du dernier match, le sixième dans ce cas-ci. Une fiche de -3 alors que, rappelons-le, le CH avait perdu par le pointage de 3 à 2...

L’insulte à l’injure  

Le plus triste en ce qui concerne le parcours de Weber en séries éliminatoires, c’est peut-être le fait que les Predators avaient atteint la finale de la coupe Stanley, en 2017, soit après le départ du joueur pour Montréal, en juin 2016, dans une transaction en retour de P.K. Subban.

Cette année-là, les Predators et leur nouveau capitaine Mike Fisher avaient surpris les Blackhawks de Chicago au premier tour avant d’éliminer successivement les Blues de St. Louis et les Ducks. Ils avaient ultimement subi une défaite en six matchs contre les Penguins de Pittsburgh en grande finale.

Weber et le Canadien, premiers de la section Atlantique avec 103 points au classement, avaient aussi part aux séries en 2017, s’inclinant toutefois en première ronde face au gardien Henrik Lundqvist et les Rangers de New York.

Deux fois médaillé d’or aux Jeux olympiques avec le Canada, Weber démontre enfin, en 2021, qu’il peut aussi avoir du succès dans les séries de la LNH.