Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Séries de la LNH

Une pression supplémentaire pour Pierre-Luc Dubois

Publié | Mis à jour

Le Québécois Pierre-Luc Dubois laisse croire à qui veut bien l’entendre que la présente série contre le Canadien en est une comme les autres une fois que la rondelle est déposée sur la glace, mais maintenant qu’il se présente à Montréal avec les Jets de Winnipeg, le jeune attaquant s’apprête inévitablement à vivre des moments particuliers.

C’est d’autant plus vrai alors que Dubois a hérité du rôle de premier centre, aux côtés de Blake Wheeler et Kyle Connor, dans ce duel contre l’équipe de son enfance à la suite de la suspension de quatre matchs décernée à Mark Scheifele. 

«C’est un super joueur, a qualifié Dubois, à propos de Scheifele, samedi, en vidéoconférence. Je dois simplement faire de mon mieux et aider l’équipe à gagner. Je dois rester calme et aller jouer.»

À moins d’un retour au jeu accompagné d’une promotion pour Paul Stastny, Dubois risque d’avoir le même rôle, sur le premier trio, lors du match de dimanche au Centre Bell alors que les Jets tirent de l’arrière 2-0 dans la série.

Les bons mots de l’entraîneur

À Winnipeg, les partisans et les médias s’attendent à ce que Dubois répète ses exploits de 2020 quand, dans l’uniforme des Blue Jackets de Columbus, il avait inscrit 10 points en autant de matchs durant les éliminatoires. Dubois avait notamment complété un tour du chapeau, en prolongation, lors du troisième match de la ronde qualificative face aux Maple Leafs de Toronto. Malgré les bonnes performances de Dubois, les Blue Jackets avaient ensuite baissé pavillon contre le Lightning de Tampa Bay au tour suivant.

«L’an dernier, c’était l’an dernier et cette année, c’est cette année», a tranché Dubois, devant les journalistes, lui qui compte d'ailleurs trois points en cinq matchs lors des séries de 2021.

«Il a été très bon dans cette série, l'an dernier, contre Toronto. Par contre, je ne sais pas si vous avez noté, mais tout semble être embelli quand vous jouez contre Toronto, a pour sa part affirmé l’entraîneur-chef Paul Maurice, toujours très divertissant, à propos de Dubois. C'est juste une pensée. Je ne crois pas que je puisse le prouver.»

«Il a une taille et un jeu physique dont il peut se servir, a ajouté Maurice, concernant le numéro 13 des Jets. On doit voir ce qu’il peut faire en utilisant sa vitesse et son physique.»

À seulement 22 ans, le Québécois a peut-être plus de mal à s’exprimer sur la patinoire contre le Canadien, qui ne laisse que très peu de temps et d’espace à ses adversaires.

«Une partie importante de mon jeu est de patiner, mais on n’a pas tellement de temps et d’espace, a ainsi convenu Dubois. Je dois contribuer à créer de l’espace pour mes ailiers.»

Du respect pour Carey Price

En plus d’affronter les coriaces joueurs du Canadien, l’athlète natif de Sainte-Agathe-des-Monts se voit aussi confronté à Carey Price, un gardien qu’il admirait lorsqu’il regardait les matchs du Canadien en séries, il n'y a pas si longtemps.

«Le premier but est crucial, spécialement contre une équipe comme celle-là, a ainsi affirmé Dubois, rappelant la défaite de 1-0 des Jets subie vendredi. Une fois qu’ils mènent, ils ferment le milieu de la patinoire et ils ont un excellent gardien, comme je l’ai déjà dit.»

«De la façon que Carey joue présentement, c’est important de mettre de la circulation devant le filet», a noté à son tour l’attaquant Adam Lowry.

Possible de remonter...

Au sujet de l’importance du premier but, Maurice n’était pas nécessairement du même avis que Dubois.

«Ça peut sembler la grosse affaire (big deal), mais je crois qu’une avance n’est pas insurmontable au hockey», a noté l’entraîneur, rappelant au passage que le Canadien avait eu besoin d’une prolongation, malgré une avance de 3 à 0, pour finalement l’emporter 4 à 3 lors du cinquième match de la série de premier tour contre les Maple Leafs de Toronto.

Et encore au sixième match, rappelons-le, le CH avait échappé une priorité de deux buts avant de s’en tirer, une fois de plus, lors de la prolongation.