Séries de la LNH 2021 (NHL)

LNH : de la violence et des longues suspensions...

Publié | Mis à jour

La violente mise en échec servie par Mark Scheifele à l’endroit de Jake Evans, vers la fin du premier match de la série opposant les Jets de Winnipeg au Canadien de Montréal mercredi soir, n’est pas sans rappeler quelques incidents du passé ayant valu de très longues suspensions à certains joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH).  

Voyez en vidéo principale les commentaires de l'ancien arbitre Stéphane Auger au sujet de la possibilité de voir Scheifele suspendu prochainement.

Dale Hunter  

Dans le contexte des séries éliminatoires, un cas tristement célèbre est celui de Dale Hunter datant du 28 avril 1993. À l’époque avec les Capitals de Washington, l’ancien des Nordiques avait frappé le Québécois Pierre Turgeon, des Islanders de New York, à la suite d’un but de ce dernier dans le sixième match d’un duel de premier tour. Si le coup de Scheifele est survenu pendant l’action, la mise en échec de Hunter était sans l’ombre d’un doute un geste de frustration, puisque Turgeon était en train de célébrer le long de la bande, ayant d’ailleurs marqué après avoir profité d’un revirement de son assaillant. Les Islanders prenaient alors les devants 5 à 1 dans ce match, avec moins de neuf minutes à écouler à la troisième période, ce qui devait entraîner l’élimination des Capitals. Hunter avait été suspendu pour 21 matchs en raison de ce geste stupide.

Chris Simon  

L’attaquant Chris Simon, qui a aussi déjà porté les couleurs des Nordiques de Québec, a multiplié les frasques au cours de sa carrière. Le 8 mars 2007, lorsqu’il portait les couleurs des Islanders, Simon avait donné un coup de bâton au visage de l’attaquant des Rangers Ryan Hollweg. Résultat: une suspension pour le reste de la saison régulière et pour les séries éliminatoires. Les Islanders ayant perdu en cinq matchs au premier tour des séries, Simon avait finalement été suspendu également pour les cinq premières parties de la campagne de 2007-2008 pour un total de 25 rencontres.

Raffi Torres  

En saison régulière, le triste record de la plus longue suspension est détenue par Raffi Torres, avec 41 matchs, pour une mise en échec vicieuse à l’endroit de Jakob Silverberg, des Ducks d’Anaheim, en octobre 2015. Or, Torres avait précédemment été suspendu pour 25 parties quand, pendant les séries éliminatoires de 2012, il avait frappé Marian Hossa, des Blackhawks de Chicago, lors de la série de premier tour contre les Coyotes de Phoenix.

Un joueur suspendu à vie...  

Dans l’histoire de la LNH, le défenseur ontarien Billy Coutu a été puni le plus sévèrement possible, ayant été banni à vie en 1927 à l’issue de la finale de la Coupe Stanley. Le capitaine des Bruins de Boston, qui a d’ailleurs aussi joué pour le canadien de Montréal durant huit saisons, avait sauvagement attaqué l’arbitre Jerry Laflamme, dans le vestiaire des officiels, après la défaite en finale contre les Sénateurs d’Ottawa. Sa suspension à vie avait été levée plusieurs années plus tard, mais Coutu n’a jamais rejoué dans la LNH par la suite.

Dans cette veine, mais en saison régulière, il y a lieu de rappeler que la suspension de 23 matchs de Marty McSorley, en février 2000, a aussi marqué la fin de sa carrière. Le défenseur des Bruins avait alors frappé le Québécois Donald Brashear, des Canucks de Vancouver, à la tête avec son bâton. Dans la catégorie des suspensions fortement médiatisées, Todd Bertuzzi, des Canucks, avait été puni pour 20 parties après avoir causé de sérieuses blessures à Steve Moore, de l’Avalanche du Colorado, en l’attaquant par derrière en mars 2004.

Pour conclure, une autre suspension autrement historique au Québec fut évidemment celle de Maurice Richard, en mars 1955, ce qui avait ultimement provoqué la fameuse émeute du Forum. Le «Rocket» avait, faut-il le rappeler, été suspendu pour les trois derniers matchs de la saison régulière et pour les séries éliminatoires (12 parties) pour avoir atteint d’un coup de poing le juge de ligne Cliff Thompson, qui tenait de s’interposer dans une bagarre.