Crédit : AFP

MLB

Les Jays sont encore loin d'un retour au pays

Publié | Mis à jour

Il serait très difficile, voire impossible, que les Blue Jays de Toronto renouent avec le Rogers Center sans un allégement des mesures restrictives à la frontière entre le Canada et les États-Unis.

C’est le constat qu’a fait le président de l’unique formation canadienne du baseball majeur, Mark Shapiro, mardi.

«Jusqu’à ce que la frontière soit ouverte, toutes nos potentielles propositions [pour revenir jouer au Canada] impliqueraient de permettre les voyages transfrontaliers pour les joueurs, leurs familles et les équipes visiteuses. Ce n’est pas une chose facile à faire. Ce n’est pas impossible, mais ce n’est définitivement pas facile. J’ai envie de vous dire que tant que la frontière ne sera pas ouverte, il y aura trop de défis importants à relever pour que nous retournions jouer à Toronto», a déclaré Shapiro, lorsqu’il s’est adressé aux médias en marge du premier match des siens à Buffalo cette saison.

Rappelons que les Blue Jays n’ont pas mis les pieds au Rogers Center depuis la fin de leur camp de préparation pour la saison 2020, soit en juillet dernier. Les représentants de l’unifolié avaient disputé ses matchs à domicile dans les installations des Bisons de Buffalo, leur club-école au niveau AAA. Ils feront de même en 2021, et ce, après avoir amorcé l’année dans leur complexe d’entraînement de la Floride.

Trois à quatre semaines

En plus du problème avec la frontière, il y a également des questions logistiques qui rendraient un retour au Canada rapide assez complexe pour les Jays.

«Les réalités logistiques et opérationnelles autour d’un déménagement feraient en sorte que cela prendrait trois ou quatre semaines pour réellement déménager, a affirmé Shapiro. Il ne s’agit pas simplement d’appuyer sur un bouton pour déménager magiquement au Rogers Center. Nous aurions besoin d’un certain temps pour organiser tout ça avant que cela ne se produise. Mais si quelque chose se produisait miraculeusement, que certaines décisions sont prises, que les restrictions frontalières disparaissent complètement... il nous faudrait trois ou quatre semaines pour revenir.»

De plus, il n’y aura pas seulement les instances gouvernementales qui auraient à accepter un retour des Jays au Canada. Le baseball majeur et son Association des joueurs auraient également leur mot à dire.

Bref, il semble que le retour des ligues majeures à Toronto ne soit pas encore quelque chose d’imaginable.