Crédit : Photo Stevens LeBlanc

LHJMQ

Les Foreurs nivèlent la série

Publié | Mis à jour

On dit qu’il ne faut pas réveiller l’ours qui dort. Mardi, les Tigres de Victoriaville sont parvenus à laisser dormir les Foreurs de Val-d’Or pendant un peu plus d’une période. Mais une fois réveillée, la troupe de Daniel Renaud a été sans pitié, inscrivant quatre buts sans réplique en route vers un gain de 4 à 1 leur permettant de créer l’égalité à deux partout dans la finale de la Coupe du Président.

Les Tigres étaient sortis aussi forts qu’ils avaient terminé le dernier match et, après avoir vu le but de Nicolas Kingsbury-Fournier être refusé après que la reprise vidéo a démontré un hors-jeu en entrée de territoire, Alex Beaucage avait donné les devants aux Félins quelques minutes plus tard.

Victoriaville a par la suite complètement étouffé l’attaque des Foreurs et, lors des quelques occasions de marquer, le gardien Fabio Iacobo s’est illustré. La troupe de Daniel Renaud a toutefois repris du rythme à partir du milieu de la deuxième période et, après une interminable séquence dans son territoire pour l’unité de cinq des Félins, Xavier Bernard a créé l’égalité grâce à un tir puissant de la ligne bleue. Et ce but a réveillé la bête.

Sentiment d’urgence

Les Foreurs ont par la suite dominé le reste de l’engagement, en profitant pour inscrire deux autres buts, des œuvres de Thomas Pelletier et Nathan Gaucher, afin de retourner au vestiaire avec une avance de 3 à 1 après 40 minutes de jeu.

Ils en ont remis dès la 13e seconde de jeu en troisième période, lorsque Jérémy Michel est venu inscrire le but assommoir pour faire 4 à 1.

«En première période, on est sortis mous, a reconnu l’attaquant des Foreurs Justin Ducharme. En deuxième, on s’est réveillés et c’est le sentiment d’urgence qui a fait qu’on a connu du succès. Le momentum qu’on est allés chercher en deuxième va nous aider pour le reste de la série.»

Les Tigres ont cru réduire l’écart avant la fin de la période, mais le but de Mikhail Abramov a lui aussi été refusé puisqu’une mêlée avait éclaté devant le banc des Tigres, tout juste avant.

Un 2 de 3

Maintenant, la série devient un deux de trois avec le match numéro 5 qui sera présenté jeudi soir.

«C’est correct que ce soit 2-2. On fait face à de l’adversité et à une méchante bonne équipe de hockey, a ajouté l’entraîneur-chef des Tigres, Carl Mallette. C’est un deux de trois et il faut tout laisser sur la table. Ça fait 50 jours qu’on est à l’hôtel et qu’on vit de l’adversité. Il y a de la frustration présentement, c’est certain, mais ça fait aussi 50 jours qu’on dit que lorsqu’on est frustrés, c’est là qu’on sort fort.»

Parlant de frustration, les esprits se sont aussi échauffés à la toute fin de la rencontre et la mêlée a donné droit à une mêlée qui pourrait donner du travail au préfet de discipline Éric Chouinard, lorsque le défenseur Massimo Siciliano a utilisé le casque de Nathan Légaré, qu’il lui avait soutiré, pour tenter de le frapper à la tête.