Journaliste

Crédit : Photo courtoisie, Jonathan Roy/LHJMQ

LHJMQ

La longue ascension de Shawn Element

Publié | Mis à jour

L’attaquant des Tigres de Victoriaville Shawn Element vit de beaux moments. Non seulement son équipe n’est qu’à deux victoires d’une conquête de la coupe du Président, mais en plus, il sait qu’il fera ses débuts professionnels dans l’organisation du Lightning de Tampa Bay l’an prochain. Et dire qu’il y a huit ans, il est passé à un demi-centimètre de voir sa carrière de hockeyeur prendre fin.

En octobre 2012, le jeune Element avait été durement frappé lors d’un match bantam où il était allé remplacer quelqu’un (il était d’âge pee-wee). Il avait alors subi une fracture de deux vertèbres alors qu’une autre avait été écrasée. Un demi-centimètre de plus et il devenait quadriplégique.

• À lire aussi: Remontée spectaculaire des Tigres!

• À lire aussi: Coupe du Président: enfin des partisans!

Quatre mois plus tard, il avait accompagné son équipe au Tournoi international de hockey pee-wee et, muni d’un collier cervical, avait même pu prendre part à la période d’échauffement avec ses coéquipiers, en plus de passer le match sur le banc pour les encourager.

Les choses ont ensuite déboulé pour l’attaquant, qui, neuf mois après l’accident, reprenait l’action en prenant part à un match de football, avec succès. Un an plus tard, en octobre 2013, il remettait les patins.

«C’est à partir de ce moment que j’ai découvert mon aspect physique. Je me souviens qu’après mon premier match, ma mère m’avait dit : Shawn, tu sais qu’il y a une rondelle sur la glace ?» se remémore le fougueux attaquant en riant.

En 2016, il a pris part à son dernier suivi médical, où on lui a confirmé qu’il n’avait aucune séquelle de cet accident. Cette année-là, il est aussi devenu le choix de première ronde du Drakkar de Baie-Comeau.

Progression

À ses trois premières années sur la Côte-Nord, Element s’impose comme un joueur physique et intense avec le Drakkar, sans présenter des statistiques individuelles impressionnantes.

Lors de l’été 2019, il est échangé au Titan d’Acadie-Bathurst, puis il reçoit une excellente nouvelle : les Blackhawks de Chicago l’invitent à leur camp d’entraînement. Peu de temps avant de partir pour cette première expérience professionnelle, il apprend toutefois qu’une erreur administrative le rend inadmissible à participer au camp des Hawks.

«Je me rappelle que j’étais en train de me faire tatouer quand j’ai appris la nouvelle. J’étais en larmes et sous le choc. Je ne la trouvais pas drôle. Ça m’a pris quelques jours pour digérer la nouvelle et quand je suis revenu à Bathurst, j’ai décidé de passer à autre chose et de prouver qui était Shawn Element. Je voulais m’assurer que les équipes de la LNH ne m’oublient pas.

«J’ai vraiment connu mon éclosion à partir de ce moment. Je m’étais toujours considéré comme un joueur de troisième trio physique qui ne fait que frapper. Quand je suis arrivé à Bathurst, j’ai compris que je pouvais amener plus à une équipe. J’ai eu beaucoup de conversations vidéo avec mon agent [Dominic De Blois] pour apprendre et travailler à conserver la rondelle plus longtemps.»

Confiance

Force est d’admettre que ç’a fonctionné puisque Element conclut la saison 2019-2020, passée avec le Titan puis avec les Eagles du Cap-Breton, par une récolte de 62 points en 61 matchs. Il a poursuivi sur cette lancée en début de saison cette année en inscrivant 28 points à ses 15 premiers matchs au Cap-Breton, avant d’être échangé aux Tigres pour conclure son stage junior.

Le 13 mai, le Lightning de Tampa Bay a décidé de lui consentir un premier contrat professionnel avec sa filiale de la Ligue américaine de hockey, le Crunch de Syracuse, en vue de la prochaine saison.

«C’était mon premier objectif en débutant cette saison et mon autre était de me rapprocher le plus possible de la coupe du Président et de la lever.»

Il s’en approche dangereusement.

À portée de main

Les Tigres ont pris les devants 2-1 dans la série finale contre les Foreurs de Val-d’Or, dimanche, en complétant une spectaculaire remontée de trois buts avant de l’emporter en prolongation.

Le match no 4 aura lieu ce soir au Centre Vidéotron.

«Hier [dimanche], ç’a été un match rempli d’émotions. Toute la soirée, on était sur un nuage. Par contre, aujourd’hui, c’était important de prendre la journée pour se reposer parce que le match de demain [mardi soir] va être encore plus difficile.»

Une victoire des Tigres serait assurément une énorme surprise pour la majorité des amateurs et observateurs, qui voient les Foreurs comme grands favoris depuis plusieurs mois.

«On n’est pas là pour le fun. On a mérité notre place et on a une excellente équipe. Je pense qu’on est sous-estimés par plusieurs. Depuis le début de la finale, on démontre notre force de caractère. Dimanche, on n’a pas joué notre meilleur match mais on a fait preuve de caractère et ça nous a pris six minutes pour revenir. Malgré tout, il faut en gagner quatre et les deux prochaines seront difficiles à aller chercher. Val-d’Or n’est pas la meilleure équipe sur papier pour rien.»