LHJMQ

Remontée spectaculaire des Tigres!

Publié | Mis à jour

Les Foreurs de Val-d’Or semblaient se diriger vers une deuxième victoire de suite en finale de la Coupe du Président, dimanche. La troupe de Daniel Renaud menait 3 à 0 avec 6 min 35 s à faire en troisième, puis tout s’est écroulé.

Les Tigres de Victoriaville ont inscrit trois buts sans réplique, dont deux en un peu plus d’une minute en toute fin de match, alors qu’ils avaient retiré leur gardien de but, pour forcer la tenue d’une prolongation. Conor Frenette a complété l’improbable remontée des Félins en faisant dévier un tir de Vincent Arsenault derrière Jonathan Lemieux pour propulser les siens vers une victoire de 4-3 et ainsi reprendre les devants dans la série finale de la Coupe du Président.

«C’est incroyable. C’est de la résilience. À 3-0, je ne trouvais pas qu’on jouait mal. On avait des chances et je savais qu’on y croyait. Le mot d’ordre, c’était que si on y croit, on joue pour le logo. C’est ce qu’on a fait, on n’a jamais lâché et Nicolas Daigle nous a libérés en inscrivant un premier but avec six minutes à faire. Quoi de mieux que de terminer la remontée en prolongation? Je suis vraiment content de l’équipe. C’est un beau moment dans une carrière. Une remontée comme ça, c’est hot», se réjouissait l’entraîneur-chef des Tigres, Carl Mallette, après le match.

Leadership

Dans son point de presse d’après-match, Mallette n’a pas manqué de souligner l’apport de ses leaders.

«Pour la première fois, à 3-0, je sentais notre équipe un peu abattue. On s’est regroupés de façon incroyable grâce à nos leaders qui ont toujours des messages positifs dans la chambre.»

Parmi eux : Conor Frenette, qui a inscrit son deuxième but en prolongation depuis le début des présentes séries.

«Conor Frenette, l’humain dans la chambre, c’est tout un leader. Tu n’as jamais assez de Conor Frenette. C’est tellement un modèle pour ses coéquipiers. Il pense toujours en fonction de l’équipe. Il pourrait facilement jouer sur notre premier trio, mais je l’utilise souvent au centre de notre troisième ligne pour nous donner plus de profondeur. Il a le respect de tous ses coéquipiers. Chapeau, je suis très fier de lui.»

Parmi les autres jeux de ses leaders, il y en a un qui ne paraîtra pas sur la feuille de pointage. Quelques secondes avant le but égalisateur d’Alex Beaucage, Shawn Element a réalisé un excellent repli défensif pour empêcher Jakob Pelletier de s’échapper et de marquer dans un but désert.

«Voilà de la résilience. Des Shawn Element, il y en a dans la chambre. Aujourd’hui, nos joueurs de caractère et dominants se sont levés en troisième période.»

Luneau, recrue de l’année

Comme ce fut le cas lors du match numéro 2, la LHJMQ a profité de la présence des partisans au Centre Vidéotron dimanche pour dévoiler deux autres honneurs individuels de la dernière saison. Les deux jeunes de 16 ans des Olympiques de Gatineau, l’attaquant Antonin Verreault et le défenseur Tristan Luneau, ont reçu les titres de recrue offensive et de recrue défensive de la dernière saison.

Luneau a aussi été nommé recrue de l’année, toutes positions confondues.

En 31 matchs la saison dernière, Verreault a récolté six buts et 29 points, tandis que Luneau a inscrit 18 points à sa première campagne junior. Il avait été le tout premier choix du dernier repêchage de la LHJMQ, tandis que Verreault avait été réclamé tout juste après, au deuxième rang.

Une débandade difficile à expliquer

Dans le camp des Foreurs de Val-d’Or, on avait du mal à expliquer l’effondrement en troisième période.

«On a joué un bon 40 minutes et on a perdu le momentum par la suite. On n’a jamais su comment s’en remettre en faisant les petits détails qui nous auraient permis de le retrouver», a tout d’abord répondu l’entraîneur-chef de l’équipe, Daniel Renaud.

Un collègue l’a par la suite relancé en lui demandant s’il était en mesure de trouver une explication à ce changement radical dans leur façon de jouer.

«Non», a-t-il tranché.

Renaud ne s’est pas défilé. Il connaît la force de frappe de son équipe et n’a pas cherché d’excuses pour la débandade de dimanche soir.

«Quand tu mènes par trois buts avec 6 min 35 s à faire, tu n’as pas le droit de ne pas sortir avec la victoire. Par contre, c’est une série quatre de sept et il n’y a que trois matchs de joués. Il n’y a rien de terminé, absolument pas.»

Affamés

Le quatrième match de la série aura lieu mardi soir au Centre Vidéotron. Pour une deuxième fois déjà, les Foreurs tenteront d’éviter de se retrouver avec un recul de deux matchs dans la série finale.

«On va être une équipe affamée qui va vouloir gagner à tout prix, a mentionné le défenseur Maxence Guenette. On va travailler plus qu’eux et on va se présenter plus qu’aujourd’hui.»

Pour Renaud, la recette est simple : il faut revenir à la base, ce qui a permis à l’équipe de connaître un bon début de match et de prendre les devants 3-0.

«Il faut faire la même chose que lors des 40 premières minutes. On gardait nos actions simples, on plaçait des rondelles, on travaillait en unité de cinq. On a arrêté de le faire en troisième et la raison est difficile à expliquer. Par contre, on a une journée complète pour revisionner le match. Il faudra sortir avec la même faim qu’on avait en début de rencontre aujourd’hui.»

Par ailleurs, Justin Robidas n’a pas terminé la rencontre. Il souffre d’une blessure au haut du corps, mais Daniel Renaud n’a pas voulu spécifier la raison exacte de son absence.

Frenette | 4-3 VIC  

Beaucage | 3-3    

Element | 3-2 VDO    

Daigle | 3-1 VDO      

Guénette | 3-0 VDO      

Légaré | 2-0 VDO  

Cajkovic | 1-0 VDO