Crédit : AFP

Tennis

Roland-Garros: le roi pourra-t-il être détrôné?

Publié | Mis à jour

Depuis 16 ans, le tournoi de Roland-Garros se résume à un nom : Rafael Nadal. Le Marjoquin a tellement été dominant qu’on est court de qualificatifs pour décrire ses performances.

Cette année, Nadal se pointe à Paris avec l’intention d’ajouter un 14e titre du Grand Chelem sur terre battue à son palmarès, qui est déjà bien garni.

La mauvaise nouvelle pour ses adversaires, c’est qu’il est encore en grande forme. Le tennisman, âgé de 34 ans, n’a pas montré de signes de déclin sur la surface sur laquelle il adore jouer. Il affiche surtout la même passion et la même combativité lors des matchs.

Il a remporté le dernier tournoi de Rome en battant de grosses pointures comme Novak Djokovic, Reilly Opelka, Alexander Zverev, Denis Shapovalov et Jannik Sinner en ne perdant que deux manches. En finale, il a disposé de Djokovic en trois manches.

Il ne serait pas surprenant qu’on puisse assister à une reprise de la finale de l’an dernier sur le court du stade Philippe-Chatrier le 13 juin prochain. Cependant, les deux ténors ont du boulot à abattre avant de penser à cette confrontation.

Des jeunes à sa poursuite

En raison de sa feuille de route extraordinaire sur terre battue, Nadal sera à nouveau l’homme à battre. Cependant, plusieurs joueurs auront le couteau entre les dents et ils feront tout pour tenter de le déloger.

Ils tenteront de prouver que l’Espagnol est humain et qu’il peut perdre sur cette surface. Plus facile à dire qu’à faire.

Parmi les joueurs à surveiller, il y aura Novak Djokovic et Daniil Medvedev qui sont classés respectivement premier et deuxième au classement de l’ATP. Medvedev voudra consolider sa position avec une bonne prestation.

Il ne faut pas oublier les jeunes loups qui seront affamés. Le Grec Stefanos Tsitsipas et le Norvégien Casper Ruud ont connu du succès depuis le début de la saison sur terre battue.

Tsitsipas a remporté deux des cinq tournois auxquels il a pris part. Le joueur de 22 ans tentera d’accéder à la finale d’un tournoi du Grand Chelem pour la première fois de sa carrière.

Du côté de Ruud, 16e raquette mondiale, il présente une fiche de 15-4 lors de ses cinq derniers tournois. Il a notamment remporté celui de Genève contre Denis Shapovalov la semaine dernière.

S’il maintient le même rythme de croisière durant la quinzaine de Paris, il pourrait être dangereux.

Le retour de Federer

Après quelques semaines d’incertitude, Roger Federer a confirmé qu’il participera au tournoi de Roland-Garros pour la 19e fois de sa carrière le mois dernier.

Pour le Suisse, qui a remporté ce tournoi du Grand Chelem en 2009, c’est un retour à Paris après avoir raté l’événement de l’an dernier.

Est-ce que ce sera sa dernière présence à la porte d’Auteuil? On ne le sait pas, mais ça pourrait bien être le cas.

L’athlète de 39 ans vient de subir deux opérations à un genou. Il a été tenu à l’écart de la compétition pendant plus d’un an.

Difficile de penser qu’il pourra être dans le coup.

Roland-Garros: des bourses moins généreuses

La classique de Roland-Garros aura encore une saveur particulière cette année. Elle sera marquée par des mesures sanitaires évolutives, mais aussi par des bourses moins lucratives. 

D’ailleurs, c’est un sujet qui a fait grincer des dents chez les joueurs dans les dernières semaines.

Les gagnants en simple du tournoi empocheront chacun 2 068 654 dollars. C’est une diminution de 12,5 % par rapport à l’an dernier. En fait, on assiste à des baisses, entre 10,3 à 11,82 %, à toutes les étapes du tournoi sauf lors des deux premières.

C’est encore pire pour les joueurs de double. Les équipes gagnantes empocheront 362 000 dollars canadiens, une baisse de 23,38 % par rapport à l’an dernier. On peut constater cette baisse significative à tous les tours de l’événement.

Les organisateurs ont expliqué que Roland-Garros a été le seul tournoi du Grand Chelem à être affecté par la pandémie pour une deuxième année consécutive. De plus, en se contentant d’une capacité d’accueil réduite, les revenus seront moins importants durant la quinzaine.

Des spectateurs, mais...

En raison de la troisième vague de la pandémie en France, les organisateurs ont dû jongler avec plusieurs scénarios durant les dernières semaines.

Ils pourront accueillir un maximum de 5388 spectateurs par jour sur le site entre le 30 mai et le 8 juin.

Puis, à compter du 9 juin, ils pourront accueillir 5000 personnes avec distanciation sociale dans les gradins du stade Philippe-Chatrier. Toutefois, ceux-ci devront présenter leur passeport vaccinal pour y avoir accès.

La capacité d’accueil du site pourra passer à 13 146 spectateurs.

Tous les amateurs âgés de 11 ans et plus devront porter le masque en tout temps.

Des sessions en soirée

Pour la première fois de son histoire, le tournoi de Roland-Garros présentera des sessions en soirée. Jusqu’à l’étape des quarts de finale, une dizaine de matchs seront disputés sur le court central.

En raison du couvre-feu en vigueur en France, neuf des dix sessions se joueront à huis clos. Lors de la dernière, qui est prévue le 9 juin, elle pourra accueillir 5000 spectateurs.