Club de foot Montréal

CF Montréal: ne pas tomber dans le panneau

Publié | Mis à jour

Le CF Montréal retourne à la maison, soit à Fort Lauderdale, pour disputer un avant-dernier match avant une pause de près d’un mois en juin.

Cette rencontre l’opposera au pauvre FC Cincinnati, dont la situation ne s’améliore pas depuis son accession à la MLS.

Le duel vous sera présenté dès 13h sur les ondes de TVA Sports.

• À lire aussi: Un match-piège pour le CF Montréal

• À lire aussi: «Mentalement, c'est difficile» - Wilfried Nancy

La formation dirigée par Jaap Stam présente une fiche de trois défaites et un verdict nul et occupe actuellement le dernier rang de la MLS, en plus d’afficher un piètre différentiel de -9 en raison de quatre buts marqués contre 13 accordés.

Sur papier, c’est donc une prise assez facile pour les joueurs de Wilfried Nancy. Ceux-ci devront donc éviter de tomber dans le piège.

Équipe malade

Justement, dans sa seule visioconférence de la semaine, Wilfried Nancy a lancé une sérieuse mise en garde.

«Cincinnati, attention, c’est une équipe qui est juste malade. Ils ont investi beaucoup, ils ont des joueurs qui ont de la qualité.»

«On va espérer que ça ne prenne pas contre nous et que ça prenne dans le match d’après.»

Car, il faut le dire, ce n’est pas à défaut d’investir puisque Cincinnati présente la cinquième masse salariale de la MLS avec 15,5 millions $ US.

Pas de complaisance

Romell Quioto a insisté sur le fait qu’il ne fallait pas prendre l’adversaire à la légère.

«Ça ne change rien à la façon d’envisager ce match. Il ne faut pas avoir d’excès de confiance, ça serait une erreur face à une équipe qui va venir faire son match et tenter de s’en sortir.»

Et Nancy a été très ferme sur ce qu’il attend de ses hommes.

«S’il y a de la complaisance au niveau de mes joueurs, ils ne joueront pas. Ç’a été clair depuis le début de la saison, l’objectif est de jouer sur nos positions.»

Nancy ne voit d’ailleurs pas Cincinnati comme le négligé dans cette rencontre.

«Je n’aime pas qu’on parle de négligé, je n’ai jamais été un négligé dans la vie. Ce n’est pas une guerre, c’est un match et on peut toujours gagner ou perdre.»

Matchs importants

On l’a dit, le CF Montréal doit disputer un autre match, à Chicago samedi prochain, avant la pause internationale. La prochaine rencontre n’aura lieu que le 23 juin.

Il est donc important d’aller chercher les six points de ces deux derniers matchs contre des adversaires moins bien classés.

Et pourtant, Wilfried Nancy assure que ce n’est pas un élément dont il tient compte dans sa préparation.

«En ce qui concerne les deux prochains matchs, le classement n’est pas important pour moi en ce moment.

«Chaque match est difficile dans la MLS, on ne se préoccupe pas de l’opposition, on met l’accent sur nous.»

À retenir

L’équipe risque toutefois de retenir au moins une leçon de sa rencontre de samedi dernier, à Atlanta.

On s’en souvient, l’équipe se dirigeait vers un verdict nul de 0 à 0, quand Atlanta a marqué à la toute fin des arrêts de jeu.

«Nous devons apprendre de cette expérience, a soutenu Kiki Struna. Nous aurions pu prendre un point à Atlanta et retourner à la maison en étant heureux.»

L’idéal pour éviter un tel scénario est encore de marquer des buts et de le faire assez rapidement.

Contre un adversaire comme le FC Cincinnati, qui marque au rythme d’un but par match, ouvrir rapidement la marque serait énorme.

Cela forcerait alors les visiteurs à ouvrir le jeu, un style qui ne leur convient pas particulièrement bien si l’on considère leur fragilité actuelle.

L’autre cimetière à entraîneurs

On parle beaucoup du roulement d’entraîneurs chez le CF Montréal depuis son arrivée en MLS, huit depuis 2012, mais le FC Cincinnati n’est pas en reste.

Le club de l’Ohio en est seulement à sa troisième saison et Jaap Stam est déjà son quatrième patron.

Il y a eu Alan Koch, qui est parti dans la tourmente au début mai 2019, après seulement deux mois. Il a été remplacé sur une base intérimaire par l’ancien de l’Académie de l’Impact, Yoann Damet, qui a lui-même été remplacé par Ron Jans trois mois plus tard.

Puis, au début de la saison 2020, Jans est accusé d’avoir tenu des propos racistes dans son vestiaire et est écarté. Stam est finalement embauché en mai 2020, en plein confinement.

Du temps

L’ancien arrière central néerlandais célébrait le premier anniversaire de son entrée en fonction, ce qu’il ignorait au moment de participer à une visioconférence, jeudi.

Après avoir amorcé la saison par un verdict nul de 2 à 2 contre Nashville, son équipe a perdu ses trois rencontres suivantes, accordant onze buts et étant blanchie à deux reprises.

«Ça prend du temps pour changer les choses, a expliqué Stam. Je regarde et je vois des équipes qui y travaillent depuis des années et qui n’y sont pas encore parvenues.

«Nous essayons de modeler l’équipe selon la façon dont nous voulons jouer. En amenant beaucoup de jeunes joueurs d’Europe, il faut aussi prendre le temps de les intégrer.»

Connaissances

Stam semble être apprécié de ses joueurs. Il faut dire qu’il a tour à tour joué pour PSV Eindhoven, Manchester United, la Lazio, l’AC Milan et Ajax, ce qui commande un minimum de respect.

«C’est un entraîneur qui a beaucoup de connaissances et qui sait comment il veut jouer», a indiqué Allan Cruz par l’entremise d’un interprète.

Cruz semble toutefois avoir bon espoir de voir l’équipe renverser la vapeur afin de montrer qu’elle progresse malgré les revers.

«Malheureusement, les résultats n’ont pas encore été très bons, mais nous sommes prêts à mettre un terme à cette séquence perdante», a insisté le Costaricain.

L’adversaire en cinq points

GROS INVESTISSEMENT

Même si les résultats tardent à venir, le FC Cincinnati prend les moyens qu’il faut pour monter dans la hiérarchie de la MLS. Le club de l’Ohio arrive au 5e rang au chapitre des masses salariales dans la MLS, avec 15,5 M$ US.

QUATRE JOUEURS DÉSIGNÉS

On l’a dit plus haut, Cincinnati prend les moyens qu’il faut pour se sortir des bas-fonds de la MLS. C’est ainsi que l’équipe compte sur trois joueurs désignés en Jürgen Locadia, Yuya Kubo et Allan Cruz, de même que sur le jeune joueur désigné Brenner Souza da Silva.

PEU DE BUTS

Malgré l’argent investi, le FC Cincinnati marque encore trop peu de buts, soit quatre en autant de matchs ; ce n’est pas comme ça qu’on grimpe au classement. Cette équipe avait marqué 12 buts en 16 matchs en 2020.

LA PIRE DÉFENSE

Comme si ce n’était pas assez d’avoir une attaque anémique, le FC Cincinnati présente aussi la pire défense de la MLS avec 13 buts accordés en quatre parties. On parle donc d’une moyenne de 3,25 buts accordés par match. Pas étonnant que cette équipe soit dans la cave.

TROIS GARDIENS

En quatre matchs, Cincinnati a déjà fait appel à trois gardiens. Przemylsaw Tyton a donné cinq buts en deux matchs ; Kenneth Vermeer a cédé quatre fois ; et Cody Cropper a accordé cinq buts dans sa seule sortie.