Crédit : AFP

MLB

La renaissance des Giants?

La renaissance des Giants?

François Paquet

Publié 17 mai 2021
Mis à jour 17 mai 2021

Pour tous les amateurs de baseball, il ne fait aucun doute que les Dodgers et les Padres forment les 2 meilleures équipes de la section Ouest de la Ligue nationale. Mais près de deux mois après le début de la saison, une équipe surprise s’est faufilée dans la course, les Giants de San Francisco, avec leur fiche de 24 victoires et seulement 16 revers. Mais sont-ils vraiment bons ou simplement une illusion qui disparaîtra aussi vite que le changement de vitesse de Greg Maddux?

Les Giants ont connu des moments magiques dans les années 2000. Ils ont remporté trois fois la Série mondiale en l’espace de cinq ans, c’est-à-dire en 2010, 2012 et 2014. Et le championnat de 2010 était vraiment particulier, puisque c’était le premier championnat des Giants à San Francisco, depuis l’arrivée de l’équipe en 1958. Le dernier championnat des Giants avait été remporté en 1954, alors que ceux-ci étaient toujours à New York.

Les Giants ont eu la chance d’avoir un excellent gérant en Bruce Bochy pour diriger l’équipe durant ces belles années. Mais après le championnat de 2014, on sentait que l’équipe commençait à vieillir et ralentir. Sauf que les Giants ont continué à agir comme un club qui allait gagner encore quelques championnats et on a décidé d’ajouter de gros noms et de gros contrats au lieu de commencer à penser à l’avenir. Avec comme résultat que plusieurs joueurs qui avaient encore une excellente valeur marchande, n’ont pas été monnayés. Un des meilleurs exemples est Madison Bumgarner, que les Giants ont refusé d’échanger se croyant dans la course au meilleur deuxième, et au final, l’équipe a tout perdu puisqu’elle n’a pas participé aux séries, que Bumgarner a signé en Arizona et que les Giants n’ont rien obtenu en retour.

Les Giants se sont alors retrouvés dans une espèce de transition où l’équipe rapièce, sans avoir de jeunes espoirs talentueux qui attendent leur tour. Et à ce moment-là, tout le monde croyait que les Giants étaient sur le point de s’effondrer et de connaître une longue période creuse. Et cette croyance a été renforcée lorsque les Giants ont engagé Gabe Kapler comme gérant, lui qui venait d’être congédié par les Phillies et un choix qui ne faisait vraiment pas l’unanimité. Surtout que Kapler est reconnu pour imposer son amour de l’entraînement et de la bouffe santé à ses joueurs, ce qui est très loin de la mentalité de Bruce Bochy.

Ce qui fait le succès des Giants de 2021, c’est la façon dont on a relancé la carrière de quelques joueurs, surtout au monticule. L’ancien des Jays, Aaron Sanchez, est probablement l’une des belles histoires avec sa moyenne de points mérités de 3,18 avant une blessure à l’avant-bras. Espérons qu’il reviendra rapidement de sa blessure parce qu’il semble vraiment avoir retrouvé ses repères.

Même chose pour Anthony Desclafani, qui, après six saisons à Cincinnati, semble avoir trouvé la formule magique à San Francisco. Et sans parler de Kevin Gausman et d’Alex Wood qui semblent intouchables cette saison. Tous des lanceurs partants énigmatiques, qui semblent profiter des bons conseils de l’instructeur des lanceurs Andrew Bailey.

Mais est-ce que ça peut durer? En toute honnêteté, ce serait très surprenant. Évidemment, le fait d’affronter les Padres et les Dodgers aussi souvent, c’est-à-dire 38 fois au total, représentent un défi de taille.

L’autre défi sera d’essayer de garder tous les bras en santé, ce qui risque d’être assez compliqué lorsqu’on constate le nombre de blessures au bras subit par les lanceurs du baseball majeur cette saison. Et comme les Giants ont très peu de profondeur sur la butte, une multitude de blessures serait beaucoup plus difficile à surmonter que la plupart des équipes de tête.

L’autre problème, c’est offensivement. Lorsqu’on regarde les gros noms des Dodgers et des Padres en attaque, les Giants ne font pas le poids. Malgré quelques belles histoires comme Donovan Solano et également le petit fils du Yaz, Mike Yaztremski, les Giants n’ont pas beaucoup de punch en attaque. Ils peuvent réussir à marquer des points, mais ce sera beaucoup plus avec du bon baseball de situation qu’avec la longue balle.

Et dernière chose qu’on ne peut passer sous silence, les Giants représentent l’une des équipes les plus âgées du baseball majeur. Certains diront qu’ils ont peut-être plus d’expérience que les autres équipes, mais dans une très longue saison de 162 matchs, où les blessures sont omniprésentes en raison de la courte saison de l’an passé, les Giants semblent fragiles.

L’avenir nous dira si les Giants représenteront la grosse surprise de 2021 ou s’ils reviendront tout simplement sur la terre dans les prochains mois. Pour le spectacle, ce serait bien de voir les Giants tenir le coup et donner des maux de tête aux autres équipes de l’ouest, et surtout aux Dodgers, leurs rivaux de toujours. Mais je reste convaincu que les Giants se feront rattraper par l’âge et la logique et qu’ils termineront au milieu de leur section, derrière les Dodgers et les Padres, mais devant les Rockies et les Diamondback’s.