Canadiens de Montréal

Cinq Québécois passés chez l’ennemi

Publié | Mis à jour

La rivalité entre les Canadiens et les Maple Leafs n’a peut-être pas atteint de sommets dans les trois dernières décennies, mais il y a une animosité traditionnelle entre ces deux formations qui demeure pour des raisons historiques, sociales et politiques.

Les matchs entre le CH et les Leafs, en saison régulière, restent toujours très animés. Et c’est sans parler de ce qui se dit dans les estrades... quand le public peut y être, évidemment. 

Cela n’a jamais empêché un bon nombre de joueurs québécois de porter les couleurs des deux formations au fil des décennies.

Voici donc cinq joueurs québécois qui ont porté, à un moment ou un autre de leur carrière, les couleurs des deux formations rivales qui s’affronteront en séries pour la première fois depuis 1979 à compter de jeudi prochain.

Dickie Moore 

Le Montréalais s’est séparé du CH de manière acrimonieuse, en 1963, après 12 glorieuses saisons et six coupes Stanley. Pensant d’abord se retirer et s’occuper principalement de l’entreprise de location qu’il avait déjà mise sur pied, Moore a été réclamé par les Maple Leafs lors d’un repêchage intraligue en 1964 et même s’il s’était sérieusement blessé à un genou au travail, l’ancien numéro 12 a choisi de répondre à l’appel de l’entraîneur «Punch» Imlach.

À 33 ans, Moore n’a pas énormément produit offensivement lors de cette seule saison à Toronto, qui s’est terminée sur une élimination au premier tour des séries... contre les Canadiens. Le Québécois avait toutefois suffisamment plu à l’état-major du club pour recevoir une offre pour la saison suivante, mais il a choisi de retourner à la retraite. Même s’il allait revenir au jeu avec les Blues en 1967!

Jacques Plante 

Même s’il a fait la pluie et le beau temps à Montréal de 1952 à 1963, il est facile d’oublier que Jacques Plante a été un hockeyeur professionnel jusqu’en 1975, alors qu’il avait 45 ans. Après avoir quitté le CH, où il avait remporté six coupes Stanley, le gardien québécois a évolué pour quelques équipes, dont les Maple Leafs, entre 1970 et 1973, avec lesquels il s’est retrouvé à la suite d’un échange à trois équipes qui avait notamment envoyé le défenseur Tim Horton aux Rangers de New York.

Plante, à 41 ans, a mené la LNH lors de la saison 1970-1971 en cumulant la meilleure moyenne de buts accordés, en plus d’être nommé au sein de la deuxième équipe d’étoiles. Il a également fort bien fait lors des deux saisons suivantes avant d’être échangé aux Bruins de Boston. Un grand parmi les grands.

Vincent Damphousse 

Avant d’être acquis par les Canadiens à l’été 1992, Damphousse avait été le premier choix, sixième au total, des Maple Leafs en 1986. Et le Québécois n’avait pas déçu à Toronto, obtenant notamment 94 points lors de la saison 1989-1990. Mais il a été échangé aux Oilers en 1991 et moins d’un an plus tard, le DG des Canadiens de l’époque, Serge Savard, n’a pas raté sa chance, lui, d’obtenir un joueur québécois de fort calibre lorsqu’il est devenu possible d’acquérir ses services.

Quelques mois plus tard, après une saison de 39 buts et 97 points, Damphousse savourait la 24e Coupe Stanley de l’histoire de ceux qu’on pouvait encore appeler «les Glorieux». Le natif de Montréal a finalement disputé sept solides saisons avec le CH, dont il a été capitaine pendant un temps, avant d’être échangé aux Sharks de San Jose en 1999.

Yanic Perreault 

Ce grand spécialiste des mises au jeu a été un choix de quatrième tour des Leafs en 1991 et après avoir joué une poignée de matchs avec l’équipe trois ans plus tard, il était échangé aux Kings de Los Angeles avant d’être retourné aux Leafs au printemps 1999. En 2001, le Tricolore lui accordait un contrat de trois saisons. La première fut l’une des meilleures de sa carrière (56 points), mais le rendement de Perreault a ensuite périclité lors des deux suivantes.

Au retour du lockout ayant volé une saison complète aux amateurs en 2004-2005, Perreault était un membre des Predators de Nashville. 

Pierre-Alexandre Parenteau 

En voilà un dont les plus jeunes se souviendront : «P-A» a d’abord été acquis de l’Avalanche par les Canadiens en juin 2014 en retour du vétéran Daniel Brière. Joueur offensif, auteur d’une saison de 67 points trois ans plus tôt avec les Islanders, le Québécois a peiné lors de sa seule année à Montréal.

Ennuyé par les blessures, notamment, Parenteau n’a amassé que 22 points avec le CH en 2014-2015. Il a cependant pu rebondir dès la saison suivante après s’être entendu avec les Maple Leafs, récoltant 20 buts et 41 points avec la formation ontarienne. 

Crédit photo : PIERRE-PAUL POULIN/AGENCE QMI

Mentions honorables : Stéphane Robidas, Robert Picard, Michel «Bunny» Larocque, Gaston Gingras, Gilles Thibaudeau, Lucien Deblois, Sylvain Lefebvre, Sergio Momesso et Francois Beauchemin.