Sénateurs vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

5 clés pour une victoire du CH face aux Leafs

Publié | Mis à jour

On ne donne pas cher de la peau du Canadien de Montréal dans ce premier choc depuis 1979 entre les deux grands rivaux. Dix-huit points, c’est l’écart au classement dans la division Nord entre le Tricolore et les Maple Leafs. 

Mais rien n’est impossible. Ne dit-on pas que le premier tour est celui des surprises? Toutefois, pour être en mesure d’en créer une, la troupe de Dominique Ducharme devra activer les cinq clés suivantes.

• À lire aussi: Caufield doit jouer en séries

• À lire aussi: «Il faut être réaliste», estime P.-A. Parenteau

1. LE RETOUR DES BLESSÉS 

Le Canadien a terminé la saison avec cinq joueurs sur la touche. Et pas les moindres. Son gardien numéro un (Carey Price), son capitaine (Shea Weber), son meilleur buteur des dernières années (Brendan Gallagher), son spécialiste du jeu défensif (Phillip Danault) et l’un de ses bons fabricants de jeux (Jonathan Drouin). Du nombre, Drouin devrait être le seul absent lors de cette série face aux Maple Leafs. Reste à voir dans quel état seront les autres. Face à une équipe qui a survolé la section canadienne, la tâche s’avérera ardue si ces éléments ne sont pas à 100 %. La bonne nouvelle, c’est qu’ils auront eu une semaine de plus, après le dernier match de la saison, pour récupérer.

2. UN OEIL SUR MATTHEWS, L’AUTRE SUR MARNER 

Le Canadien devra avoir Auston Matthews, le seul marqueur d’au moins 40 buts cette saison dans la LNH, et Mitch Marner, son principal complice, à l’œil. Matthews a inscrit 14 points, dont sept buts, contre le Canadien. Phillip Danault sera-t-il suffisamment remis de sa commotion cérébrale pour s’acquitter de cette tâche ? Ça reste à confirmer. Que ce soit le cas ou pas, il ne pourra s’en acquitter seul. Lors des deux derniers matchs face aux Oilers d’Edmonton, Jake Evans, Artturi Lehkonen et Paul Byron ont fait la démonstration qu’ils pouvaient tenir leur bout dans ce genre de mission défensive. L’implication des deux premières paires de défenseurs sera également primordiale. Surtout à Toronto où Dominique Ducharme n’aura pas le dernier changement.

3. LE MANDAT DE CAREY PRICE 

Les Penguins de Pittsburgh avaient vu juste l’an dernier en exigeant que la ronde de qualification en soit une au meilleur de cinq matchs et non pas au meilleur de trois. Leurs craintes étaient de voir Carey Price voler la série. Sa moyenne de 1,67 et son taux d’efficacité de ,947 avaient grandement contribué à éliminer Sidney Crosby et sa bande. Victime d’une blessure au bas du corps et d’une commotion cérébrale, Price a raté 18 des 20 derniers matchs du Tricolore. Il a donc été passablement exempté de l’éreintant calendrier de 25 matchs en 44 jours. Un Price en grande forme pourrait donner des maux de tête aux gros canons des Maple Leafs. Son mandat : voler un match ou deux.

4. DANS LE VISAGE DU GARDIEN 

Peu importe qui Sheldon Keefe choisira d’envoyer devant le filet, la circulation devra être lourde près du gardien des Leafs. Jack Campbell n’a aucune expérience en séries éliminatoires et Frederik Andersen perd habituellement tous ses moyens lorsqu’elles se mettent en branle. Or, combien de fois au cours du calendrier régulier avons-nous entendu les joueurs du Canadien se reprocher de ne pas avoir suffisamment dérangé le gardien adverse ? Corey Perry s’en est fait une spécialité, particulièrement en supériorité numérique. Josh Anderson peut foncer comme un train. Ensuite, la liste des volontaires est plutôt mince. À ce chapitre, le retour de Gallagher sera grandement bénéfique.

5. DIVERSIFIER L’ATTAQUE 

À eux trois, Tyler Toffoli (28), Josh Anderson (17, malgré sa léthargie des 12 derniers matchs) et Nick Suzuki (15) ont marqué 38 % des 158 buts du Canadien. Pour espérer l’emporter face aux Maple Leafs, il faudra une contribution d’un plus grand nombre de joueurs. Brendan Gallagher aura-t-il retrouvé toute la dextérité de sa main droite ? Il était sur une bonne lancée (14 buts en 35 matchs) avant de subir une fracture à un pouce. Les défenseurs devront également mettre la main à la pâte. Jeff Petry a prouvé ses qualités de quart-arrière avec ses 42 points (8e chez les défenseurs du circuit), dont ses 12 buts (3e). Mais pour le reste, c’est plutôt timide.