HKN-HKO-SPO-MONTREAL-CANADIENS-V-TORONTO-MAPLE-LEAFS

Crédit : AFP

Jean-Charles Lajoie

Caufield doit jouer en séries

Caufield doit jouer en séries

Jean-Charles Lajoie

Publié 15 mai
Mis à jour 15 mai

Il est petit. Très petit. Frêle. On a l’impression qu’il va se faire briser chaque fois qu’il patine à moins de cinq pieds de la bande. 

À ses premiers coups de patin dans la Ligue nationale, on aurait cru à une blague. Un stunt rigolo dans une saison pas ordinaire. «Le Canadien insère un joueur midget AAA dans son alignement et ça fait réagir...»

Dix matchs, quatre buts et une passe plus tard, Cole Caufield, «neveu» de ses coéquipiers a réussi haut la main (ce qui lui donne six pieds) son premier test au plus haut niveau qui soit. Quatre buts et une passe en dix matchs, ça veut dire trente-deux buts et neuf passes pour quarante et un points en quatre-vingt-deux matchs. Relisez-le tout en chiffres, ça fesse plus fort encore : 32 buts 9 passes, 41 points en 82 matchs!

C’est un brin démagogique. C’est surtout simpliste. Comment consentir à une règle mathématique aussi bête? Caufield a eu 20 ans en janvier, il est «déclaré» à 5 pieds 6 pouces et 160 livres. Sortant des rangs universitaires américains, il aurait certainement connu des passages à vide. C’est le lot de tous les joueurs, les jeunes encore plus. N’empêche, peut-on raisonnablement penser qu’il en aurait mis entre 20 et 25 dedans?

Public et médias 

À condition que son coach accepte de vivre avec ses qualités et ses défauts. Il est là le danger avec Caufield. Invariablement, il va connaître des léthargies. Faudra se méfier du public et des médias s’ils se mettent alors à remâcher les insanités habituelles : «C’est un jeune joueur qui doit apprendre à bien jouer sans la rondelle...», «Il aura de la difficulté à s’établir dans la LNH s’il n’ajoute pas 20 livres à sa charpente...», «Caufield doit se rendre utile pour autre chose que marquer des buts, sans quoi il devra sortir de l’alignement...» Tous les classiques, bref.

Des nausées 

C’est déjà un peu commencé, pas ouvertement, mais il s’en trouve beaucoup trop à mon goût pour dire qu’il ne sera pas de l’alignement du Canadien au premier match de la série face aux Leafs de Toronto. Ça me donne la nausée. 

Caufield a ses défauts. Quel joueur n’en a pas? Mais il aussi ses qualités. Une en particulier que personne d’autre ne possède dans l’effectif du Canadien : l’instinct du marqueur. Caufield est un sniper, un «scoreur» naturel, servi par un flair offensif époustouflant. Tout ce qu’il fait sur la glace a un seul but, la mettre dedans. Il tire de tous les angles avec aisance. Aucune de ses frappes vers le filet n’est anecdotique. Dès qu’il lance au but, tout le monde croit qu’il peut marquer. 

J’ajoute qu’à 20 ans à peine, il ne connaît pas la peur. Il veut être là, il veut impressionner ses «mononcles», accessoirement ses coéquipiers. Il les détend aussi. Avec son sourire contagieux et ses actions offensives signifiantes. 

Jeunes loups 

Des jeunes loups de 20 ans, le CH en comptait plein lors de la dernière conquête de 1993. Il y en avait un pas pire aussi en 1986. Un certain Casseau tout seul derrière à tout arrêter, à tout réparer. 

«Ouais, mais Roy est une légende...» Absolument. Mais pas depuis 1986. Il est devenu une légende parce qu’un coach a vu quelque chose de spécial en lui. Est-ce que Dominique Ducharme saura s’inspirer de Jean Perron? 

COUP DE CŒUR  

À Marc-André Fleury, Kris Letang, Samuel Girard, Jonathan Huberdeau, David Perron, Jonathan Marchesseault, Yanni Gourde, Anthony Mantha, Philippe Danault, Anthony Beauvillier et aux autres jeunes loups d’ici qui ont fait honneur au Québec cette saison dans la LNH. C’est pas vrai que notre nation ne peut plus fournir des talents exceptionnels et de haut niveau. 

COUP DE GUEULE  

Au CH. La nomenclature ci-haute ne compte qu’un seul joueur du Canadien. C’est une hérésie. Le Québec compte per capita le 2e plus gros bassin de joueurs de hockey mineur au monde. Devant la Russie. Il y a échec de développement. C’est d’abord à ça que doit s’attaquer le citoyen corporatif Geoff Molson. Pas en appelant Hockey Québec, ça va lui coûter trop cher pour rien. En interpellant François Legault directement. 

UN P’TIT 2 SUR...  

Du public dans les gradins du Centre Bell si le Canadien avance au deuxième tour des séries éliminatoires. Le Québec continue de vacciner en masse, la troisième vague n’a jusqu’ici pas trop donné de bouillon aux autorités de santé publique. Il faudra un test sanitaire de haut volume avant longtemps. Un match du Canadien est un naturel.