IHOCKEY-OLY-2018-PYEONGCHANG-US-CAN

Crédit : Photo d’archives

LNH

Hockey Canada: seulement trois Québécoises invitées

Publié | Mis à jour

Déçu qu’Élizabeth Giguère n’ait pas reçu d’invitation de Hockey Canada pour la centralisation de l’équipe à Calgary, Pascal Dufresne se questionne également sur la présence de seulement trois Québécoises au sein du groupe de 28 filles sélectionnées.

Les joueuses se pointeront à Calgary à la fin juillet en prévision du championnat mondial qui aura lieu au Canada du 20 au 31 août dans une ville canadienne qui reste à déterminer et des Jeux olympiques de Pékin qui se dérouleront du 4 au 20 février 2022. Un total de 23 filles seront retenues pour les Jeux. 

«Je ne peux pas critiquer les choix parce que je n’ai pas vu le camp de sélection à Halifax en avril, mais je me demande pour quelle raison une fille qui a dominé dans la NCAA comme Élizabeth l’a fait n’est pas assez bonne pour faire partie de ce groupe de 28 joueuses, a souligné l’ancien entraîneur de Giguère avec les Titans de Limoilou. Je m’attendais à ce qu’elle soit choisie. Au sein de l’alignement de l’équipe canadienne, on retrouve des filles de la NCAA de son groupe d’âge. J’imagine que si le mondial avait lieu comme prévu en mai, l’alignement aurait été très similaire.»

«Je suis aussi déçu du faible nombre de Québécoises, de poursuivre Dufresne. Il y a une gardienne (Ann Renée Desbiens), zéro défenseure et deux attaquantes (Marie-Philip Poulin et Mélodie Daoust) qui seront âgées de 30 ans et plus au moment des Jeux. Ça signifie qu’il n’y aura aucune joueuse de moins de 30 ans. J’espère que le hockey féminin va se poser des questions. On doit mieux développer nos joueuses.»

Giguère, l’attaquante Ann-Sophie Bettez et l’arrière Lauriane Rougeau avaient été invitées au camp de Halifax en prévision du mondial qui devait se dérouler du 6 au 16 mai, mais qui a été annulé. Dans le cas de Rougeau, elle avait pris part aux Jeux olympiques de Pyeongchang en 2018. Parmi les 28 sélectionnées, un total de 14 faisaient partie de la formation médaillée d’argent aux Jeux de 2014.

Parmi les 28 joueuses invitées à Calgary, on en retrouve une seule qui a fait son parcours dans le réseau universitaire canadien. Il s’agit de Daoust qui a porté les couleurs des Martlets de McGill avant de représenter le Canada à Sotchi en 2014 où elle a remporté l’or et à Pyeongchang.

En raison de la COVID-19, Giguère bénéficiera d’une année supplémentaire si elle souhaite retourner avec les Golden Knights de Clarkson l’automne prochain comme le prévoit la décision de la NCAA. Giguère est la meilleure pointeuse de l’histoire des Golden Knights.