Crédit : Photo AFP

Blue Jays - MLB

Blue Jays: des points d'interrogation au monticule

Publié | Mis à jour

Malgré une fiche supérieure à ,500, les Blue Jays de Toronto ont un sérieux problème quant à la profondeur de leur rotation des partants. 

Le départ de Nate Pearson, dimanche, dans une défaite de 7 à 4 contre les Astros de Houston, est le dernier d’une longue liste d’exemples à ce sujet.

Depuis le début de la saison, le gérant Charlie Montoyo a su faire bon usage de ce qu’il avait sous la main, lui qui a déjà utilisé 12 artilleurs différents pour entamer un match, un sommet dans le baseball majeur. 

Toutefois, seuls Hyun-jin Ryu, Steven Matz et Robbie Ray ont présenté une moyenne supérieure à cinq manches lancées par rencontre.

Le retour au jeu de Pearson, l’un des nombreux artilleurs blessés de la formation torontoise cette saison, ainsi que l’un des plus beaux espoirs de l’organisation, devait colmater en partie ce trou. 

Toutefois, à son premier départ de la saison, celui qui était aux prises avec une blessure à l’aine a accordé trois points mérités, quatre coups sûrs et cinq buts sur balles, en plus d’être incapable de retirer un frappeur sur des prises.

«Évidemment, ce n’était pas ma meilleure performance, a affirmé Pearson après son départ. J’étais incapable de trouver mon rythme. Je lançais deux prises de suite et après, je sentais que je devais me battre contre mes problèmes précédents. C’était difficile de trouver mon rythme. En tant que lanceur partant, tout est une question d’entrer dans ta bulle et j’ai senti que je n’ai jamais été en mesure de le faire.»

«Il n’a pas fait ce qui était attendu de lui, a ajouté Montoyo. Il ne trouvait pas son point de sortie, donc il a eu des difficultés tout le match.»

Futur incertain?

Montoyo n’a pas encore décidé du futur du choix de premier tour de l’équipe en 2017, mais il est loin d’avoir perdu espoir en Pearson, mentionnant que l’athlète de 24 ans allait continuer de travailler avec l’entraîneur des lanceurs, Pete Walker.

«Le match vient de conclure. Nous allons évaluer le tout dans les prochains jours et déterminer ce à quoi pourrait ressembler le prochain départ», a précisé le gérant, sans mentionner si ce départ se ferait à Toronto ou avec le club AAA, à Buffalo.

«La chose à considérer quand tu as quelqu’un avec beaucoup de qualités, c’est que des fois, tu dois être patient. Il va l’avoir. Il n’y a aucune limite avec ce jeune. Une fois de plus, ça va prendre du temps.»

Les Blue Jays (17-16) ont bénéficié d’une journée de congé, lundi, eux qui entameront une série de trois matchs contre les Braves d’Atlanta, mardi.