Crédit : Rhona Wise-USA TODAY Sports

Patrice Bernier

Une bonne première impression pour Hamdi

Une bonne première impression pour Hamdi

Patrice Bernier

Publié 05 mai
Mis à jour 05 mai

Toujours invaincu en trois matchs, le CF Montréal génère un vent de positivité, ces jours-ci, après un verdict nul de 0-0 somme toute satisfaisant contre le Crew de Columbus, samedi dernier. 

C’est la première fois depuis 2013 que la formation montréalaise est invaincue après trois matchs (une victoire et deux verdicts nuls). En 2013, deuxième campagne de l’organisation en MLS, l’équipe avait remporté ses quatre premiers matchs de la saison.   

Alors tout ça, c’est très positif. On parle d’une équipe qui a marqué des buts et qui a démontré, contre Columbus, qu’elle progresse aussi dans le contenu. On voit qu’il y a un processus, un projet qui se développe de plus en plus. Au niveau de la possession et de la circulation du ballon, l’équipe est nettement plus confortable. On le voit au chapitre du pourcentage de passes réussies, alors que la plupart des joueurs se sont tenus dans le 85-90%. C’est Indicateur d’une meilleure prise de décision et d’un plus grand nombre d’options pour le porteur du ballon. 

J’y vois une continuité avec ce qui se faisait l’an dernier sous les ordres de Thierry Henry. Certains estimaient que «construire de l’arrière» était peut-être un peu risqué, mais on voit aujourd’hui le fruit de ce travail amorcé en 2020. Les joueurs sont plus confortables et perpétuent cette idée. On voit que ça apporte plus de sérénité à l’équipe dans sa façon de jouer. 

Plus d’occasions  

On a observé, au cours des trois derniers matchs, une tendance positive en ce qui concerne la possession de balle: plus de 50% contre Toronto, un peu moins contre Nashville et environ 55% contre le Crew. 

Ce graphique est d’ailleurs révélateur :

Crédit photo : Source: Whoscored.com

Ce qui a évolué, c’est que le CF Montréal a davantage eu le ballon dans le tiers offensif, samedi dernier. Dans les premiers matchs, on avait beaucoup de possession, mais dans le tiers défensif, ce qui veut dire que c’est la défense qui contrôle le jeu et qui a souvent le ballon. Contre Columbus, on l’avait beaucoup plus haut. Ça démontre qu’on pèse sur l’adversaire dans son contrôle du jeu et dans sa création d’occasions. 

C’était la progression que j’espérais voir le club effectuer.

Cela dit, il faut parler de la finition. Oui, la chaleur floridienne a pesé sur le match, sur l’intensité, sur le niveau d’énergie. Ça peut faire qu’on a moins de sang-froid, qu’on est moins lucide. Mais je ne veux pas exonérer le CF Montréal, parce qu’il s’entraîne là-bas. On sait c’est quoi, ce climat-là. Et le Crew, basé en Ohio, beaucoup moins. On aurait donc pu s’attendre à davantage de lucidité de la part de Montréal. 

En regardant les statistiques, les Montréalais ont 20 tirs tentés, mais seulement trois cadrés et si on y jette un œil de plus près, on constate que le gardien du Crew, Eloy Room, n’a eu qu’un seul véritable arrêt à effectuer. Donc, on était régulièrement à la porte des buts, mais on n’y a pas cogné souvent. 

N’empêche. Je déplorais il y a une semaine que le club ne créait pas assez d’occasions, or maintenant, il en est capable. 

Désormais, c’est sur la finition qu’il faudra se pencher. D’ailleurs, qui sera ce marqueur qui saura finir le travail? Une meilleure contribution est attendue de Bjorn Johnsen, entré comme remplaçant lors des trois matchs. Romell Quioto, même s’il a marqué au premier match, n’est pas aussi étincelant que l’année dernière. Il faudrait qu’Erik Hurtado soit plus incisif. Bref, on cherche ce joueur décisif dans la surface qui est peut-être finalement Mason Toye, blessé lors du dernier match après avoir marqué lors des deux premiers. 

Crédit photo : Rhona Wise-USA TODAY Sports

Une belle découverte  

On a été plusieurs à apprécier les premières minutes du milieu de terrain égyptien Ahmed Hamdi lorsqu’il est entré comme remplaçant en deuxième demie contre le Crew. Il a joué un peu plus de 26 minutes, dans lesquelles il a ouvert les yeux de tout le monde en démontrant quel type de joueur il est. Parce qu’Hamdi, on connaissait son nom, mais on ne l’avait pas vraiment vu jouer. 

Il est entré à un moment où le CF Montréal avait besoin d’une étincelle supplémentaire au plan offensif et le joueur de 23 ans a répondu à l’appel. Ce qui m’a marqué, c’est sa façon de changer le rythme du jeu. 

Il ne joue pas comme les autres, selon moi. Il se positionne dans des espaces, dans des angles qui sont compliqués pour l’adversaire et il est capable de changer le rythme grâce à une, deux touches rapides, ou dans sa conduite de balle, qui provoque ses rivaux et qui permet souvent à ses coéquipiers d’être en position de centrer, ou de marquer. J’ai aussi bien aimé les quelques connexions qu’il a faites avec Djordje Mihailovic. Hamdi a d’ailleurs, dans sa brève apparition, cumulé 17 passes réussies, dont 13 qui ont été considérées «progressives», c’est-à-dire vers l’avant. 

Maintenant, malgré cette belle première impression, il ne faut pas trop s’emporter. Attendons de le voir avec un 90 minutes dans les jambes. Samedi, il entrait dans une partie où il y avait un peu de fatigue, il faudra maintenant voir s’il peut être aussi influent et meneur dans le secteur offensif dans un match qu’il aura commencé. 

Il nous a donné un bon échantillon, mais on veut en voir plus. Cela dit, en tant que "fan" des milieux de terrain (pour des raisons évidentes), c’est un joueur dont j’adore le style. Et ça fait un certain temps qu’on n’a pas eu un joueur, au CF Montréal, qui fait rayonner les autres grâce à sa réflexion et à ses mouvements dans le jeu. 

Pas d’inquiétude pour Piette  

Plusieurs partisans montréalais ont dû être surpris de voir que Samuel Piette est resté sur le banc contre Columbus. L’entraîneur, Wilfried Nancy, a beaucoup d’options dans sa manche, cette saison, et il a décidé de procéder à certains ajustements. D’ailleurs, la concurrence, je le répète, est l’un des thèmes de l’année au sein du groupe de joueurs. 

Je ne m’inquiète pas pour Samuel Piette. On sait ce qu’il peut apporter. Si Wilfried Nancy veut voir certaines choses aux plans offensif ou défensif, il ne se gêne pas pour faire des ajustements. 

Crédit photo : Christopher Hanewinckel-USA TODAY Sports

Nancy l’a mentionné lui-même : il voulait voir quelque chose de plus offensif. Il reste qu’il a des options, des ingrédients sous la main, cette saison, comme peu d’entraîneurs du club ont pu en avoir ici au fil des années. On risque de voir une certaine flexibilité dans les onze de départ et dans les formations au cours de la saison. 

Plusieurs autres joueurs réguliers du club risquent de faire leur tour sur le banc comme Piette l’a fait samedi. Parce qu’on peut faire de la rotation. 

Enfin, il ne faut pas passer sous silence le premier blanchissage de la saison, mais il faut faire gaffe : n’eût été un hors-jeu assez serré, le vétéran Bradley Wright-Phillips aurait pu jouer un vilain tour aux Montréalais. N’empêche, ce premier blanchissage est un bon signe pour la défense.