Crédit : AFP

LNH

Vincent Trocheck veut la coupe Stanley

Publié | Mis à jour

Disputant une première saison complète avec les Hurricanes de la Caroline, Vincent Trocheck a rapidement trouvé ses marques avec sa nouvelle équipe, appréciant particulièrement le caractère compétitif de ses nouveaux coéquipiers.

Après six saisons et demie avec les Panthers de la Floride, l’Américain de 27 ans n’avait disputé que deux matchs éliminatoires. La tendance sera certainement différente avec les Hurricanes, qui occupaient dimanche le tout premier rang du classement général de la Ligue nationale de hockey (LNH).

Lorsque questionné à propos de ce qui différencie les Hurricanes des autres équipes, deux mots reviennent dans son discours: équilibre et compétitivité.

«L'équilibre, a-t-il commencé par dire selon le quotidien "The Charlotte Observer", dans une entrevue publiée dimanche. Je pense que nous avons tellement d'équilibre. Du premier au quatrième trio et de la première à la troisième paire de défenseurs, nous avons une tonne d'équilibre. Et nous avons trois gardiens de but qui cette année ont tous joué du hockey phénoménal.»

«Et tout le monde veut gagner. Tout le monde vient à la patinoire avec la même attitude, et nous avons tous le même objectif: gagner la coupe Stanley. Chaque gars dans notre vestiaire a cette nature compétitive pour qu’on n’en soit pas privés. Cela peut être une chose qui nous différencie [des autres équipes].»

En confiance

Sur une note personnelle, Trocheck est redevenu la bougie offensive qu’il a déjà été en Floride. Il avait en effet totalisé 75 points en 2017-2018, sans toutefois atteindre le plateau des 40 points au cours des deux dernières campagnes.

Puis, cette saison, il a cumulé 17 buts et 39 points en seulement 42 parties. Une confiance renouvelée, mais aussi une chimie particulière avec quelques joueurs, font partie de l’équation.

«Je suis sûr que la confiance y joue pour quelque chose, a-t-il lancé. La confiance est un facteur très important à chaque match pour tous les joueurs. Je pense simplement que mon arrivée ici en est en partie la raison puisque j’ai été capable de m’intégrer parfaitement avec mes compagnons de trio.»

Et la présence d’un ancien joueur derrière le banc, soit Rod Brind’Amour, ne nuit certainement pas.

«Être sur la même longueur d’onde que [Brind’Amour]. Ça entre en jeu. (...) Vous pouvez voir à quel point il veut gagner et il amène cela dans son style d’entraîneur.»