Crédit : AFP

F1

Nicholas Latifi encore privé de son Grand Prix

Publié | Mis à jour

Le hasard fait drôlement les choses. Tandis que deux Canadiens – Lance Stroll et Nicholas Latifi – sont au volant d’une Formule 1 à temps plein depuis deux ans, le Grand Prix du Canada a été annulé deux années consécutives pour la première fois depuis sa création, en 1967.

Jamais, depuis la fin des années 1960, deux Canadiens n’ont pris le départ d’une course de Formule 1. La situation a toutefois changé en 2020, lorsque Latifi – né à Montréal, mais élevé à Toronto – a obtenu un volant chez Williams.

À quelques minutes de sa première course, en Australie, la pandémie de COVID-19 s'est invitée chez l'écurie McLaren et le Grand Prix a été annulé. Si la saison s’est ensuite mise en marche, avec 17 épreuves, l’escale canadienne a été annulée.

Ainsi, Latifi n’a jamais roulé au Canada depuis qu’il évolue dans la catégorie reine du sport automobile.

«Évidemment, c’est décevant pour moi, a-t-il dit dans une vidéo publiée sur les médias sociaux, quelques heures après l’annonce officielle de l’annulation de l’édition de cette année. [Ça fait] deux ans comme pilote de Formule 1 et que ma course à domicile est annulée.»

Compréhensif

Bien au fait de la situation au Canada, qui traverse actuellement une troisième vague de la maladie, Latifi a indiqué qu’il comprenait la décision, et qu’il attendait impatiemment de pouvoir courir sur le circuit Gilles-Villeneuve l’an prochain.

«Je sais que le gouvernement canadien et le promoteur ont travaillé très fort pour tenter d’organiser la course. Mais malheureusement, ça n’a simplement pas été possible à cause de la situation de la COVID-19, qui n’est pas très bonne pour le moment. Je crois que c’était la bonne décision pour la santé et la sécurité non seulement du peuple canadien, mais aussi du personnel de la F1.»

«La bonne nouvelle est que le GP a été renouvelé pour deux ans. Ainsi, le futur de la course est brillant. Et bien entendu, j’espère prendre part à beaucoup, beaucoup de GP du Canada. D’ici là, restez tous en sécurité», a-t-il conclu.