Crédit : AFP

LNH

John Tortorella n’aime pas les toilettes

Publié | Mis à jour

Actuellement entraîneur-chef des Blue Jackets de Columbus, John Tortorella devient peu à peu un personnage légendaire du monde du hockey, une anecdote à la fois. L’ancien défenseur des Canucks de Vancouver Kevin Bieksa y est allé de sa contribution, avec une toilette comme élément central d'une histoire cocasse.

Au cours de la saison 2013-2014, la seule de Tortorella à la barre de l’équipe de la Colombie-Britannique, les toilettes du vestiaire se sont avérées trop bruyantes aux oreilles de l’instructeur, et plusieurs joueurs ont goûté à sa colère bien malgré eux.

«Pendant une réunion, [Tortorella] est en train de parler, et le capteur automatique de la toilette s’actionne, a raconté Bieksa en entrevue à l’émission "Halford & Brough" de la chaîne radiophonique de Sportsnet, cette semaine. "Torts" s'arrête en plein milieu de la réunion. Il est furieux et il court vers la toilette en criant "oh mon dieu, qui a fait ça?"»

«[Ryan Stanton] était sur la toilette en train de faire un numéro 2. Il a dit qu'il était assis là depuis 15 minutes. Il ne voulait pas se lever parce qu'il ne voulait pas que le capteur automatique se déclenche. Mais il s’est dit: "ça fait 15 minutes, je dois sortir d’ici et aller au gymnase. Mes jambes sont douloureuses d’être assis depuis si longtemps." Il a essayé de se lever et de se faufiler. Mais les capteurs se sont déclenchés.»

Mi-furieux, mi-amusé, Tortorella n’a pas hésité à réprimander son joueur, non sans rire en même temps. La situation s’est reproduite la semaine suivante, et le pilote a fait le même manège. Sauf que cette fois, c’était Walter Sedin – le fils de Henrik alors âgé d’environ 8 ans – qui avait fait l’erreur de se soulager. L’instructeur s’est rapidement confondu en excuses.

«Je vous le dis, c'était divertissant», s’est remémoré Bieksa.