Marco Rossi of the Ottawa 67's. Photo by Terry Wilson / OHL Images.

Crédit : OHL Images

LNH

«J'avais peur de ne plus jamais me réveiller» - Rossi

Publié | Mis à jour

La vie de l’espoir du Wild du Minnesota Marco Rossi a complètement été bouleversée par la COVID-19, au point où il a eu peur de la perdre.

«Je suis reconnaissant que Dieu m’a offert son soutien... je suis simplement heureux d’être toujours en vie», a révélé le jeune homme de 19 ans mardi, lors d’un entretien avec le site sportif The Athletic.

L’Autrichien a contracté le virus en novembre dernier, alors qu’il évoluait pour les Lions de Zurich. Même s’il se remettait difficilement du virus, il a tout de même participé aux Championnats du monde de hockey junior (CMJ). Après celui-ci, il pensait bien prendre part à son premier camp d’entraînement avec le Wild. Les médecins de l’équipe lui ont toutefois interdit de mettre les pieds sur la glace, car il souffrait de myocardie, soit une inflammation du cœur.

«Les médecins m’ont dit que si j’avais joué un autre match lors du CMJ, cela aurait pu se terminer complètement différemment», a raconté celui qui a été le neuvième choix au total du dernier encan de la Ligue nationale de hockey (LNH).

La peur de dormir

Après ce diagnostic, le Wild a décidé de retourner Rossi chez ses parents dans son Autriche natale. Le hockeyeur n’a pas vécu cette épreuve avec facilité, lui qui avait constamment la crainte de mourir dans son sommeil.

«Chaque fois que j’allais me coucher, j’avais tellement peur de ne plus jamais me réveiller, a affirmé l’attaquant. Chaque soir avant de dormir, j’étais vraiment triste et je pleurais toujours par peur. Je demandais à mes parents de rester à côté de mon lit et d’être là jusqu’à ce que je m’endorme. Tous les matins, je me réveillais et j’étais content de le faire. C’était vraiment difficile.»

En plus de cette expérience traumatisante, Rossi a également été contraint de renoncer à faire ce qu’il aime le plus dans la vie: jouer au hockey et s’entraîner pour devenir un meilleur joueur de hockey.

«J’ai l’habitude de m’entraîner très fort tous les jours. Pendant les premières journées, c’était vraiment bizarre parce que j’étais simplement assis sur mon divan en train de regarder des films. Je tremblais. Je voulais faire quelque chose. C’est ce qui a été le plus difficile.»

Prêt à revenir

Aujourd’hui, Rossi va mieux. Un examen médical tenu la semaine dernière lui a confirmé que son état s’est grandement amélioré. Il subira plusieurs tests poussés à la mi-mai et espère pouvoir reprendre l’entraînement par la suite. Son père a d’ailleurs déjà réservé plusieurs heures de glace dans leur village.

«Je vais encore être meilleur et plus fort, a clamé Rossi. Je vais aussi être plus mature, car j’ai maintenant une vision différente de tout. Ce qui m’est arrivé a vraiment été difficile. Je suis très reconnaissant d’être de nouveau en bonne santé.»

«J’ai un nouveau point de vue par rapport à la vie. J’ai un nouveau défi et nous avons toujours besoin de nouveaux défis.»

Espérons pour lui et pour le Wild que Rossi soit en mesure de relever ce «nouveau défi» haut la main et sans risquer sa santé.