Crédit : AFP

Balados

Kristopher Letang, futur directeur général?

Publié | Mis à jour

La carrière de hockeyeur du défenseur des Penguins de Pittsburgh Kristopher Letang est loin d’être finie, mais déjà ce dernier songe à une deuxième carrière dans le monde du hockey quand il accrochera ses patins.

L’athlète de 33 ans aimerait être à la tête d’une équipe de hockey, non pas à titre d’entraîneur-chef, mais plutôt comme directeur général.

À LIRE AUSSI: La frustration de Connor McDavid

À LIRE AUSSI: Max Domi n’a pas apprécié

«Il y a quelque chose derrière [le fait] d’être un directeur général que j’aime, a dit Letang lors de la plus récente édition du balado «Lavoie Letang», de TVA Sports, jeudi. D’être capable de monter une équipe, de trouver des pièces manquantes et de "cruncher" les chiffres ensemble, c’est quelque chose qui m’intéresserait un jour.»

L’arrière droitier a aussi offert sa perspective des choses si jamais il devait atteindre ce niveau un jour. Letang prioriserait sa ligne de centres avant tout, lui qui a pu comprendre toute l’importance de cette position avec la formation de la Pennsylvanie, qui compte sur Sidney Crosby et Evgeni Malkin, respectivement depuis la saison 2005-2006 et la suivante.

«Ton joueur de centre doit être capable de jouer sur 200 pieds, a ajouté Letang. Il doit être capable de jouer vraiment profondément dans sa zone défensive, d’être capable d’avoir beaucoup d’instinct offensif, de rendre ses ailiers meilleurs, mais en même temps d’être capable de défendre avec ses défenseurs, donc c’est une position sur laquelle on va mettre beaucoup de pression pour exceller.»

Les gardiens un peu plus loin   

Sans dire que Letang n’approuve pas le travail de Marc Bergevin avec le Canadien de Montréal, on peut dire que le plus haut salarié de la formation du défenseur des Penguins ne serait pas le gardien de but numéro 1, contrairement à Carey Price avec le Tricolore. Après s’être concentré sur sa ligne de joueurs de centre, Letang s’occuperait de sa brigade défensive. À la suite de tout cela, commencerait-il seulement à jeter un coup d’œil du côté de son homme masqué.

«Dépendamment, si j’ai un marqueur naturel à l’aile et que c’est égal entre les deux positions [ailier et gardien]. Si j’ai un marqueur comme Jake Guentzel ou [Alex] Ovechkin ou [David Pastrnak], un marqueur naturel comme ça, versus un gardien numéro 1, ce serait dur de dire non à avoir un beau complément pour mon joueur de centre.»

«Dans une ligue où l’on doit marquer des buts, où il est extrêmement difficile de marquer des buts, je pense que c’est deux positions que j’égalise, c’est aussi simple que ça.»