LNH

Furieux, Robin Lehner n’en peut plus

Publié | Mis à jour

Le gardien des Golden Knights de Vegas Robin Lehner y est allé d’une sortie en règle maladroite contre la Ligue nationale de hockey (LNH) à propos du protocole lié à la COVID-19, qui devait avant tout faire office de plaidoyer pour la santé mentale des gens.

Lehner, qui souffre lui-même d’un trouble bipolaire, s’est laissé emporter en vidéoconférence, mercredi, visiblement furieux et agacé d’une récente précision de la LNH à propos des règles de confinement après la vaccination.

• À lire aussi: Des Jets gonflés à bloc pour le sprint final

• À lire aussi: Les Canucks lancent un message aux Canadiens

Alors que le circuit Bettman aurait fait miroiter un retour à la normale à ceux qui acceptaient l’inoculation, le discours serait maintenant différent. La ligue souhaiterait que toutes les équipes aient complété le processus pour éviter aux clubs dont les joueurs sont vaccinés d’obtenir un avantage concurrentiel.

Rappelons que les joueurs de la LNH ont reçu la consigne de ne jamais quitter la maison outre que pour les activités de leurs équipes respectives. Des directives en ce sens touchent également les membres de leurs familles.

«Ça me rend fou. Ce sont des vies humaines, a lancé Lehner aux médias. À un moment, nous allons devoir nous préoccuper de la santé mentale des gens, pas seulement dans la LNH, mais tout le monde dans la société. Comment pouvons-nous commencer à revenir à la normale? Car le problème sera énorme.»

«On nous a menti à propos de la vie qui allait changer pour nous forcer à nous faire vacciner en quelque sorte. Inacceptable. Et maintenant qu’on est vaccinés, d’avoir une excuse en disant: "non, on ne change rien en raison d’un avantage compétitif, c’est scandaleux.»

Mise au point

Dérangé par les événements lors de la vidéoconférence, Lehner s'est calmé par la suite. Il a senti le besoin de faire une mise au point avec un message sur les médias sociaux. Il souhaitait ainsi ramener les projecteurs sur les effets du confinement sur la santé mentale.

«Étant donné que je suis frustré, comme beaucoup de gens dans le monde en ce moment, tout n’est pas sorti de la bonne façon [mercredi] durant mon point de presse. Le point principal est que nous devons commencer à donner de l’importance à la santé mentale dans cette situation.»

«J’adore le hockey et la ligue a fait beaucoup de bonnes choses. Mais elle rate la cible cette fois. Mon erreur, si j’ai dit que c’était comme une prison et je m’en excuse, c’est que des ennuis de santé mentale se développent dans le monde. Je ne voulais pas offusquer qui que ce soit.»