JiC

CH: à quoi ressemblerait une formation basée sur le mérite?

Publié | Mis à jour

Au grand dam des partisans irrités des Canadiens de Montréal, l’entraîneur-chef Dominique Ducharme a les mains liées en ce moment et il ne peut apporter beaucoup de changements à sa formation.

Alors imaginons une réalité alternative dans laquelle le CH n’a pas à composer avec les aléas du plafond salarial et une limite de rappels. Dans ce scénario hypothétique, à quoi ressemblerait une formation du Tricolore basée uniquement sur le mérite? 

• À lire aussi: Les Canadiens ont commis «une erreur grave»

• À lire aussi: Les débuts de Jon Merrill avec le CH

Les journalistes Anthony Martineau et Nicolas Cloutier se sont prêtés au jeu, mercredi, lors de leur segment «Les Recrues» à l’émission JiC. À voir dans la vidéo ci-dessus.

Cloutier a été le premier à se prononcer. À l’attaque, il a laissé de côté Jonathan Drouin, Artturi Lehkonen et Eric Staal. 

«Je place Cole Caufield sur le troisième trio pour le protéger des meilleurs éléments adverses, et avec au moins un vétéran [en Paul Byron], a-t-il expliqué. J’insère Jesse Ylönen, le coyote de Scottsdale, parce que les gars ont les jambes lourdes par les temps qui courent et je veux ajouter de la vitesse. C’est un peu le même principe pour la réinsertion de Jake Evans.» 

À la défense, Ben Chiarot et Erik Gustafsson figurent parmi les réservistes. Shea Weber voit ses responsabilités diminuées. 

«Punition ou repos pour Weber? Tirez-en vos propres conclusions, mais je le place sur la troisième paire pour qu’il joue de 17 à 19 minutes. 

«Mais pourquoi John Merrill dans la formation au lieu de Gustafsson? Bah, écoutez, si on y va au mérite, Merrill a été excellent cette saison avec une équipe moribonde. Gustafsson, lui, a peiné avec une formation qui en arrachait. Et je pourrais aussi vous dire qu’à un certain moment, Cayden Primeau va mériter un départ.» 

Weber dans les gradins   

Anthony Martineau a alors proposé une formation de son cru... en laissant Weber de côté! 

«Mon collègue l’a bien dit, il a besoin de repos, mais il a besoin d’un vrai repos, a-t-il tranché. Weber, c’est un but à ses 25 derniers matchs. On le considère comme un gars avec une garnotte qui fait peur, elle est où cette garnotte-là? Il se fait déborder, il paraît mal défensivement, il n’a plus d’impact sur l’avantage numérique. Awaille dans les gradins!» 

L’animateur Jean-Charles Lajoie a ensuite manifesté son incrédulité lorsqu’il a aperçu Rafaël Harvey-Pinard au sein du quatrième trio. 

«Harvey-Pinard est là parce que, Gallagher étant blessé, je veux voir de la grit sur la quatrième unité, a justifié Martineau. Je veux voir un gars qui pratique un échec avant soutenu et je veux voir surtout un gars qui a joué tous les matchs de l’équipe à Laval dans un club qui est censé avoir énormément de profondeur. 

«Et c’est un des deux seuls joueurs que Joël Bouchard n’a pas daigné sortir de sa formation. Il a le meilleur différentiel du Rocket et il produit. Est-ce qu’on veut une étincelle ou pas? Si ça ne va qu’au mérite, Harvey-Pinard se doit d’être là.» 

Jean-Charles n’a pas manqué de tirer la pipe à son collègue...

«Moi je vois surtout un gars qui veut une entrevue exclusive avec lui lors de son premier match en carrière dans le show!», a plaisanté le coloré animateur. 

Retirer Byron?   

Nicolas Cloutier a exprimé un désaccord avec son collègue : selon lui, Paul Byron ne devrait pas être retiré de la formation. 

«J’ai peut-être un problème avec le retrait de Paul Byron parce que tu as justement besoin de vitesse. Les gars n’ont pas de jump sur la patinoire et là tu enlèves le meilleur patineur de l’équipe et un gars qui joue avec une certaine intensité depuis quelques matchs. J’ai un peu de misère avec ça pour être bien honnête.»

«Je comprends ton point, a répondu avec diplomatie Anthony Martineau. Le fait est que oui, c’est au mérite, mais on est aussi dans un contexte où, présentement, il n’y a rien qui se passe sur la patinoire, que Byron soit dans la formation ou pas. Donc moi je sors Byron au profit d’un gars comme Harvey-Pinard qui va aussi avoir le couteau entre les dents.»

Chose certaine, tous étaient curieux de voir ce que Jesse Ylönen pourrait offrir.

«Il mérite une chance de se faire valoir, c’est le meilleur buteur en moyenne chez le Rocket cette année. C’est un gars rapide qui amènerait un peu de vitesse sur un trio très cérébral composé de Joel Armia et de Nick Suzuki.»

«En fait, Ylönen va faire réfléchir Marc Bergevin à la pertinence ou pas d’offrir une nouvelle entente à Joel Armia l’été prochain, parce que je pense qu’il peut faire aussi bien sinon mieux, à une fraction du prix», a renchéri Jean-Charles. 

Le segment Les Recrues est présenté tous les mercredis à JiC vers 17h15.