Canadiens de Montréal

Jonathan Drouin brave la tempête devant les médias

Publié | Mis à jour

Les partisans ont beau reprocher à Jonathan Drouin d’être à l’origine des sept plaies d’Égypte, ils ne pourront pas le blâmer de ne pas braver la tempête.

Pour la troisième fois en autant de semaines, l’attaquant québécois (l’un des deux seuls de la formation) s’est adonné à une séance d’autoflagellation en règle.

• À lire aussi: Carey Price souffre d'une commotion cérébrale

• À lire aussi: Huit points qui expliquent les insuccès récents du CH

Contrairement au capitaine qui refuse d’admettre qu’il en reperd, Drouin a reconnu qui devait en faire plus pour aider l’aider le Canadien de Montréal, dont l’attaque en arrache depuis une dizaine de matchs.

«Il faut qu’on se salisse le nez et qu’on crée de la circulation. C’est aussi à moi de trouver une place en avant du filet», a-t-il lancé, faisant ainsi écho à ce que tous ses détracteurs lui reprochent, non sans raison.

«Ce n’est pas quelque chose de facile à faire. Jouer dans la Ligue nationale de hockey (LNH), ce n’est pas facile. On s’est rendu ici, alors on le sait. L’adversaire te rend la vie difficile. Mais il faut se battre, passer au travers. Pour moi, ça veut dire de me salir le nez.»

Ils sont également plusieurs à croire que Drouin obtient constamment l’absolution inconditionnelle de Dominique Ducharme en raison de services rendus, alors que le premier évoluait sous les ordres du deuxième dans les rangs juniors, avec les Mooseheads d’Halifax.

En apparence, c’est le cas. Surtout quand on le sent critiquer timidement son jeu, préférant englober ses carences dans celles de l’équipe.

«Se présenter au filet, c’est quelque chose que Jo doit faire plus souvent», a-t-il reconnu, avant de poursuivre.

«Mais, j’ai des séquences en tête où il a eu des occasions près du gardien, mais ça n’a pas fonctionné. Soit que la rondelle n’est pas venue, que le bond est sorti du mauvais côté. Mais il faut se donner plus de chances à cet endroit. C’est bon pour lui, c’est bon pour d’autres.»

Sur le quatrième trio 

Toutefois peut-être devrait-on plutôt y voir un refus de l’entraîneur d’en rajouter une couche sachant qu’ils sont déjà plusieurs à s’acharner sur le cas de son attaquant. S’il ne l’aide pas à s’en sortir, qui le fera?

Néanmoins, Ducharme a pris la décision de rétrograder Drouin sur la quatrième unité, à la gauche d’Eric Staal et de Corey Perry.

«Il va jouer avec deux gars d’expérience qui sont capables de créer beaucoup d’attaque. On cherche une façon d’avoir quatre trios qui ont des affinités», expliqué l’entraîneur-chef du Canadien.

Évidemment, Ducharme souhaite relancer Drouin qui n’a récolté que deux mentions d’assistance dans ses 12 derniers matchs. Ce qui n’empêche pas le principal intéressé de comprendre que se sortir de la misère commence par l’implication de soi-même.

«Ce sont deux joueurs avec de l’expérience. Deux gars qui ont gagné la coupe Stanley. Peu importe le trio sur lequel je suis, c’est à moi de jouer au hockey. Je n’ai plus 19 ou 20 ans, je suis capable de jouer avec n’importe qui. C’est à moi de le prouver.»

«Une autre colonne à droite» 

Drouin a dégringolé sur la quatrième unité, ce qui ne l’empêche pas de détenir toujours un poste sur l’une des deux vagues de l’avantage numérique.

Cette attaque massive qui n’a inscrit que deux buts en 33 occasions (6 %) à ses 12 derniers matchs.

«On a de la misère à entrer en zone adverse, à y rester et à garder le contrôle de la rondelle. En supériorité numérique, ce que tu veux, c’est, au moins, créer quelque chose de bon pour l’équipe. Présentement, l’attaque massive vient parfois gâcher ce qu’on fait à cinq contre cinq.»

Ce qui n’est rien pour aider la production.

Drouin n’a inscrit que deux buts depuis le début de la saison, ce qu’il n’a pas été en mesure de faire lors des 25 derniers matchs. Bien sûr, c’est nettement insuffisant pour un attaquant de qui on attendait, au minimum, une vingtaine de buts par saison.

Malgré ses problèmes à trouver le fond du filet, il occupe le cinquième rang des pointeurs du Canadien avec une récolte de 23 points. Ce qui lui a fait dire à un collègue anglophone, qui lui faisait remarquer sa sécheresse de 25 matchs: «Il y a une autre colonne à droite (celle des passes) si tu veux y jeter un coup d’oeil.»