Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens de Montréal

Jan Mysak ne perd pas son temps avec le Rocket

Publié | Mis à jour

À seulement 18 ans, l’espoir du Canadien de Montréal Jan Mysak aura vécu un parcours différent, mais certainement pas moins bon pour son développement.

«Le jeune Mysak ne perd pas son temps avec nous autres, a tranché l’entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard, lors de son point de presse de mardi, avec toute la franchise qui le caractérise. C’est un passionné. C’est un jeune que l’organisation apprécie beaucoup, avec raison.» 

Effectuant un retour au jeu mercredi pour affronter les Senators de Belleville, au Centre Canadian Tire, Mysak a déjà pris part, malgré une récente blessure, à 13 matchs avec le Rocket cette saison.

«Pour lui, de jouer avec des hommes, même s’il a 18 ans, il n’a pas une personnalité qui s’effondre, a expliqué Bouchard, en vantant la maturité du joueur tchèque. Il y a eu des matchs où il a fait des erreurs, il a coûté des buts, mais il a fini avec un bon match quand même. Ça ne l’a pas détruit. Il a la capacité entre les deux oreilles d’apprendre.»

Pendant que la Ligue de hockey junior de l’Ontario confirmait l’annulation complète de sa saison mardi, il est bon de rappeler que Mysak devait normalement y jouer avec les Bulldogs de Hamilton. L’attaquant tchèque avait d’ailleurs disputé 22 parties à Hamilton, en 2019-2020, ayant alors obtenu 25 points, dont 15 buts.

Preuve que l’organisation du Canadien tient Mysak en haute estime, ce choix de deuxième tour au repêchage de 2020 a déjà apposé sa signature, plus tôt ce mois-ci, à un contrat d’entrée de trois ans.

Tout en poursuivant son développement, le Tchèque touchera minimalement un salaire de 80 000 $ par saison dans la Ligue américaine (LAH). L'entente compte également un boni à la signature de 92 500 $ pour chaque année du contrat.

Un aller-retour 

Comme Mysak, les attaquants Alex Belzile, Lukas Vejdemo et Jesse Ylonen sont également prêts à revenir au jeu. À la suite d’un nouveau changement au calendrier de la LAH, le Rocket disputera ses trois prochains matchs au cours des quatre prochains jours contre Belleville, à Ottawa, soit mercredi, vendredi et samedi.

En vertu de la situation entourant la pandémie de COVID-19 et de certains tests à effectuer, le tout commencera d’ailleurs par un aller-retour dans la journée de mercredi, avec le groupe minimum de joueurs utilisés. Et on retournera ensuite en Ontario pour le week-end.

«Ce n’est pas idéal évidemment, mais on va le faire. Ça fait partie de notre réalité. Les gars l’ont déjà fait dans le junior et savent ce que c’est», a résumé Bouchard.

Mysak ne va sûrement pas s’en plaindre.