Club de foot Montréal

Un rival, mais surtout un match pour le CF Montréal

Publié | Mis à jour

Quoi de mieux qu’un duel contre le Toronto FC pour amorcer la saison du CF Montréal, samedi? Pourtant, Wilfried Nancy n’en fait pas trop de cas. Mais qu’il la joue plutôt «cool».

«Tous les joueurs savent que c’est un derby, mais si on avait affronté une autre équipe, ça aurait été la même chose parce que c’est le premier match.»  

«Oui c’est Toronto, oui, on a envie de bien faire contre eux, mais je vous dirais la même chose si c’était Nashville.

Équipe différente  

Avec le départ de Greg Vanney, désormais à la barre du Galaxy de Los Angeles, les Reds amorcent un nouveau chapitre avec la venue de Chris Armas, ancien entraîneur des Red Bulls de New York.

C’est d’ailleurs un Toronto FC différent qui a éliminé Club Leon en huitième de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF cette semaine, l’emportant 2 à 1 (3 à 2 au total des buts).

«Je n’ai pas été surpris, l’entraîneur amène ses idées Red Bulls avec beaucoup de "pressing" et de combativité. Je m’attends à ça de Toronto.»

«Ils vont peut-être un peu moins faire le jeu à certains moments, mais ils vont presser l’adversaire. Plus ils vont nous presser, plus on doit être en contrôle émotionnel.»

Simulation  

Comme le match de samedi sera disputé en plein milieu de l’après-midi à Fort Lauderdale, les conditions météorologiques vont jouer un rôle important.

On a d’ailleurs prévu le coup dans le camp montréalais et Nancy a admis que le fait que les équipes disposent maintenant de cinq substitutions plutôt que trois serait un avantage.

«Mercredi on s’est entraîné à 14 h, l’heure du match, et il faisait 37 degrés. Les changements seront importants parce qu’on sait très bien que les joueurs ne seront pas frais pendant 90 minutes.»

C’est d’ailleurs une nouvelle réalité à laquelle vont devoir s’habituer les joueurs, puisque l’équipe sera en Floride au moins jusqu’à la fin du mois de mai.

Lorsque l’équipe reprendra le collier à la fin juin après la pause pour l’Euro, on ne sait toujours pas où les matchs locaux seront disputés.

«Il y a des défis, mais ce n’est pas nouveau; on l’a vécu l’an passé. Mais ce n’est pas pareil pour les joueurs parce que nous ne sommes pas à la maison. Nous allons tout mettre en place pour que les joueurs se sentent bien.

«Nous espérons que dans un avenir rapproché, nous serons en mesure de rentrer à Montréal.»

Voyez le point de presse de Wilfried Nancy dans la vidéo ci-dessus.