Patrice Bernier

CF Montréal: une attaque mieux répartie?

CF Montréal: une attaque mieux répartie?

Patrice Bernier

Publié 15 avril
Mis à jour 15 avril

Quarante-huit heures avant le retour de la MLS. Je suis excité à l’approche de cette première rencontre. Quoi de mieux que Montréal contre Toronto pour lancer le bal.

Match qui sera présenté samedi à 14h, à TVA Sports et sur TVA.

Il s’agira de la première fois que les deux équipes s’affrontent en lever de rideau. Le match marquera également le 50e affrontement entre les deux clubs. 

La fiche du CF Montréal est 14-26-9

L’équipe affiche une seule victoire à ses six dernieres parties contre le club torontois dans le circuit Garber.

Plus d'options à l'attaque          

Pour le CF Montréal, les axes à regarder cette saison sont multiples. L’an passé, l’attaque a quand même marqué 33 buts. 

Romell Quioto a été prolifique avec 8 réalisations, sa meilleure en MLS, mais il n'était pas qualifié comme buteur.

Urruti et Bojan ont contribué avec 4 buts chacun en 2020. Remarquons qu’il n’y a pas eu de MARQUEURS au sein de l’équipe. Le buteur providentiel qui marque lors des moments difficiles, à contre-courant des performances, pour voler la victoire ou le nul à l’adversaire.

Maintenant, c’est de voir si la production peut être répandue avec un front offensif plus étoffé : Bjorn Johnsen, le grand gaillard norvégien, pourra-t-il apporter une dizaine de buts? Mason Toye a eu un temps d’adaptation lent en 2020, mais il semble débloquer de sa plus récente performance en camp avec 2 buts et une passe décisive. Lassi Lappailaien, une fois à 100%, est un candidat à contribution significative avec 5 buts en 11 parties jouées en 2019 et 4 buts en 13 rencontres en 2021. Un homme en mission pour se tailler une place dans la sélection finlandaise pour l’Euro.

Avec tout ce potentiel offensif, il y a rarement eu ce joueur qui contribuait grandement malgré les minutes ou le statut clair de partant. Qui va être ou peut être le Ilsinho de cette équipe? Hurtado? Ibrahim? Ballou? Torres?

Pour être dans l’élite des sept places pour les éliminatoires, il faut 50 buts et plus ou avoir une défense ultra-solide.

L’implication du milieu   

Puisqu’on parle d’attaque, elle ne repose pas seulement sur les attaquants. Il ne faut pas négliger l’apport des milieux de terrain. 

Le milieu est le moteur, le cœur d’une équipe, mais il peut aussi apporter son lot de contribution offensivement. Souvent en 2020, on a eu de bons moments de possesion. On s'est déplacé d'un côté à l'autre, mais sans être tranchant avec LA passe qui débloque. Maciel a pu le faire par moment, mais sans répétition ou sans developper cette chimie avec l’attaquant à la recherche du but. 

L’arrivée de Djordje Mihailovic et celle de Hamdi lorsqu’il sera fin prêt apporteront cette dose de créativité, cette dernière passe parfois manquante. Mais la passe n'est pas le seul outil dans le coffre d'un milieu. Est-ce qu’on verra les milieux se projeter dans la surface pour marquer leur lot de buts? 

Le plus gros chantier  

Au-delà de tout ça, la défense est probablement le chantier le plus intéressant. 

Le CF Montréal a présenté l’une des moins bonnes brigades défensives de la ligue l'an dernier. Au chapitre des buts «projetés», il a terminé à l'avant-dernier rang de la MLS

Quand je dis chantier, ce n’est pas juste la ligne défensive, mais aussi l’organisation défensive. Est-ce qu’on va mettre un pressing plus haut cette saison? Le CF Montréal n’a pas été reconnu comme une équipe qui met la pression sur l’adversaire.

Mais maintenant que l’équipe est plus jeune, est-ce que Wilfried Nancy va apporter une petite touche d’agressivité en termes de récupération du ballon? En 2020, la défense était 20e sur 26 équipes pour ce qui est d’enlever le ballon à l’adversaire (récupérations en appliquant un pressing). 

Visage différent chez l’ennemi  

On connaît bien le Toronto FC, mais l’adversaire a lui aussi changé un peu de visage.

D’abord, un nouvel entraîneur-chef est aux commandes à Toronto en Chris Armas. Il voudra amener sa propre touche et faire ses preuves, car son prédécesseur, Greg Vanney, a connu beaucoup de succès. Il a de gros souliers à chausser.

Comme c’est le cas à Montréal, on observe aussi la venue de plusieurs jeunes issus de l’académie à Toronto. Beaucoup de ces jeunes joueurs ont déjà eu droit à leur baptême de feu en Ligue des champions de la CONCACAF. 

Ce sera intéressant à voir, car on arrive à une fin de cycle; Michael Bradley et Jozy Altidore sont les derniers vestiges du groupe de départ. Est-ce que la jeunesse permettra au TFC de garder son élan? 

Finalement, du soccer à se mettre sous la dent. Bonne saison à tous! Et pour plus d’informations, je vous invite à écouter le balado «XI MTL»