Canadiens de Montréal

Carey Price tombe au combat

Publié | Mis à jour

Il manquait un passager de taille dans l’avion qui a mené les joueurs du Canadien à Toronto, en prévision du match de mercredi soir. Souffrant d’une blessure au bas du corps, Carey Price est demeuré à Montréal.

«Dans son cas, on y va au jour le jour. C’est une question de précaution. On va voir en revenant du voyage à Toronto», a indiqué Dominique Ducharme, tout juste avant de prendre la route en direction de l’aéroport.  

Price a souffert pendant la victoire face aux Oilers d'Edmonton. À quelques reprises, on l’a senti hésitant dans ses déplacements latéraux. On l’a également vu s’aider de l’une de ses mains pour se relever à quelques occasions.

Des gestes inhabituels de sa part que l’on a d’abord remarqués après que Josh Archibald soit entré en collision avec lui au début de la deuxième période. Or, Ducharme a soutenu que cet événement n’était pas à l’origine du problème.

«Ça n’est pas arrivé sur un jeu précis. Ça fait un petit moment qu’il traîne ça», a déclaré l’entraîneur-chef.

Rien de dangereux  

Cette déclaration nous ramène à celle que Ducharme avait formulée le 26 février. L’auteur de ces lignes lui avait demandé, alors qu’il était en poste depuis seulement quelques jours, si Price était à 100 % ou s’il traînait une blessure ou un inconfort.

«Il est assez bien. Il n’a rien de majeur», avait été la réponse de Ducharme.

À ce moment, Price venait de connaître trois départs difficiles. Jake Allen avait gardé le filet du Canadien lors du match suivant.

Parle-t-on de la même blessure ou du même inconfort? Il faudra poser la question à l’entraîneur ou au principal intéressé. D’ailleurs, pourquoi ne pas avoir retiré Price de la rencontre de lundi voyant que le pauvre homme tirait de la patte?

«Simplement parce que selon les informations que nous avions, ce n’était rien de dangereux pour sa saison ou sa carrière», a précisé Ducharme.

Beaucoup d’action pour Allen  

Évidemment, c’est Allen qui affrontera les Maple Leafs, flanqué de Charlie Lindgren. Le jeu de domino a amené Cayden Primeau sur l’escouade de réserve.

Le Canadien reviendra immédiatement à Montréal pour y recevoir les Jets de Winnipeg, jeudi et samedi.

«C’est difficile de savoir si Carey jouera contre Winnipeg, car on doit voir comment il réagira. Mais, oui, il y a une chance que Jake joue les deux matchs (Toronto et Winnipeg).»

Au fait de cette possibilité, Allen a donc quitté vers la Ville Reine en se préparant mentalement à jouer quelques matchs de suite.

«Carey fait tout un travail pour nous. J’ai maintenant l’occasion de sauter dans l’action, de jouer quelques matchs et d’en retirer beaucoup de plaisir», a indiqué le Néo-Brunswickois.

Aucune fois, cette saison, Allen n’a été d’office deux matchs de suite. Il pourrait maintenant voir de l’action trois fois en quatre jours.

Si tel devait être le cas, Marc Bergevin se félicitera encore plus d’avoir pu mettre la main sur un gardien auxiliaire de la trempe d’Allen.

Kotkaniemi sur le premier trio  

On ignore également la durée de l’absence de Brendan Gallagher. Toutefois, dans son cas, on sait qu’il en aura pour plusieurs semaines. Atteint par un tir d’Alexander Romanov, lundi, il a subi à une fracture à un pouce.

Jesperi Kotkaniemi obtiendra la première audition à la droite de Tomas Tatar et Phillip Danault.

«Je vais essayer de rester moi-même et de démontrer ce que je peux faire en compagnie de ces deux bons joueurs. Ce sont deux joueurs qui excellent avec la rondelle. Je vais essayer de les aider le plus possible», a déclaré le Finlandais.

Du même souffle, l’attaquant de 20 ans a souligné avoir de l’expérience à l’aile droite, lui qui a occupé cette position à l’époque où il jouait en Finlande.

Mandat différent  

La première unité du Canadien n’en est pas une comme les autres. En plus de produire en attaque, on s’attend à ce qu’elle muselle les principales menaces adverses. Un défi pour lequel il assure se sentir prêt.

Oui, les souliers de Gallagher seront grands à chausser. Le Canadien perd son bulldog, comme l’a qualifié Allen. Celui qui est prêt à tout sacrifier pour la victoire. Y a-t-il danger que Kotkaniemi essaie de trop en faire pour combler cette perte?

«Il a joué avec [Tyler] Toffoli, avec [Jonathan] Drouin, avec [Josh Anderson]. Il a joué avec de bons joueurs, avec des joueurs qui produisent offensivement. Si on avait vu ce genre de réaction chez lui, on se poserait la question. Mais, ça n’a pas été le cas», a soutenu Ducharme.

Kotkaniemi n’a encore jamais eu une aussi bonne occasion de se faire valoir. À lui de la saisir.

En bref  

Joel Armia a terminé sa quarantaine. Mais avant de pouvoir fouler la glace avec ses coéquipiers, il doit se plier à un plan de remise en forme. Affaibli par un variant du COVID-19, le Finlandais repart pratiquement à zéro.