Canadiens de Montréal

Une étonnante déclaration de Jonathan Drouin

Publié | Mis à jour

L’attaquant Jonathan Drouin a marqué seulement deux buts en 34 rencontres cette saison et, lundi soir, le nouveau venu Eric Staal aura la tâche de repartir la machine du joueur québécois au sein d’un trio complété par Tyler Toffoli.

Confrontés aux Oilers d’Edmonton au Centre Bell, les trois hommes connaissent chacun des saisons différentes jusqu’ici. Toffoli remplit les filets adverses, comme en fait foi sa production de 19 buts. 

Voyez le point de presse de Jonathan Drouin, ci-dessus, après l'entraînement matinal.

Staal débarque chez le Canadien de Montréal après avoir peiné dans l’uniforme des pauvres Sabres de Buffalo. Enfin, Drouin a certes 21 points au compteur, mais il est incapable de placer le disque dans la cage ennemie. Son dernier but remonte d’ailleurs au 23 février.

Aussi, le numéro 92 a une explication pour justifier ses problèmes, tout en reconnaissant que son total n’est pas satisfaisant.

«C’est une question de temps, je veux juste lancer au filet. Mais c’est sûr que quand tu as deux buts à ce stade de l’année, ce n’est pas assez, a-t-il dit en visioconférence lundi avant-midi.  

«Je n’ai plus le tir que j’avais avant [une blessure au poignet subie la saison passée], mais ce n’est pas une excuse. Maintenant, sur l’avantage numérique, je suis un passeur et je ne passe pas mon temps à lancer. Je suis un fabricant de jeux, mais je dois marquer plus.»

Présence qui va aider

Cependant, Drouin semble déjà enthousiaste à l’idée de côtoyer Staal, un gagnant de la coupe Stanley ayant 1272 parties de saison régulière à son actif. Sa présence à ses côtés fera du bien, croit-il.

«Il a gagné la coupe en Caroline et il amène un vécu formidable comme vétéran. C’est un excellent ajout au centre. Il peut gagner des mises au jeu et fait sentir sa présence devant le filet. 

«Il est un joueur intelligent ayant un bon physique et des mains rapides, tout en sachant se placer au bon endroit. Il peut finir les jeux autour du filet», a-t-il louangé.

«Il l’a fait tout au long de sa carrière et pour moi, c’est une belle opportunité. Je dois être capable de le trouver sur la patinoire. [...] La clé sera de garder les choses simples; c’est son premier match avec le Canadien. Il faudra obtenir des chances profondément en zone adverse. On aura une meilleure idée de la façon de jouer ensemble quand le match avancera.»

Quant à Staal, il a dit vouloir tout faire en son possible pour aider l’équipe au complet à gagner des matchs.

«Les détails sont importants, surtout la bonne communication. Chaque fois que vous parlez à vos partenaires de trio, ça aide. Je pense qu’on a bien fait notre travail sur ce plan et qu’on pourra bien se repérer sur la glace, tout en s’améliorant, a dit le joueur de 36 ans. 

«Je ne suis sûrement pas le même joueur qu’à 23 ans, mais avec toute cette expérience, je peux amener beaucoup avec mon intelligence. Je peux bien me placer pour connaître du succès. Arriver ici ne fera que m’aider. Si l’exécution et la vitesse sont là, ça se passera bien.»