Canadiens de Montréal

Michael Frolik: fébrile comme une recrue

Publié | Mis à jour

À quelques heures de son premier match dans l’uniforme du Canadien, mardi, Michael Frolik avait le sourire d’une recrue s’apprêtant à faire le saut dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Pourtant, il était sur le point d’ajouter un 851e match à sa carrière de 12 saisons dans le circuit Bettman.

Le Tchèque avait de quoi être heureux. Mis sous contrat par le Tricolore en décembre 2020, il s’est tapé tous les entraînements et les voyages de l’équipe.

Tout ça pour être confiné au rôle de spectateur lors des 31 premières rencontres de l’équipe.

«Ça a été difficile et je savais que ce le serait, a reconnu l’attaquant de 33 ans. Mais disons que quand j’ai signé mon contrat, je m’attendais à jouer un peu plus de matchs.»

Il est plutôt demeuré sur l’équipe de réserve, multipliant les heures supplémentaires sur la patinoire et dans le gymnase.

«Ça paraissait bien, mais je n’avais pas beaucoup de plaisir. Je veux faire partie de cette équipe, de ce groupe. J’avais hâte que cette journée arrive. Ma carrière tire à sa fin, on ne sait jamais ce qui peut arriver.»

«D’ailleurs, ça pourrait très bien être mon dernier match, qui sait ? Je veux simplement apprécier le moment et avoir du plaisir.»

Preuves à faire

Ce qui n’a assurément pas aidé au moral, c’est que Corey Perry, acquis dans les mêmes circonstances et limité à la même routine en début de saison, s’est amené dans la formation à compter du septième match. Il n’a été laissé de côté qu’à deux occasions depuis.

On peut comprendre Frolik d’avoir eu hâte que son tour vienne.

«Les gars ont été super avec moi. Ils n’ont jamais cessé de m’encourager. Quand je suis entré dans le vestiaire lors du dernier match [qui a finalement été remis], ils étaient tous excités pour moi», a-t-il raconté.

Frolik a donc dû patienter neuf jours de plus pour revêtir son chandail bleu, blanc, rouge et fouler une patinoire de la LNH pour la première fois depuis le 7 mars 2020.

«C’est une fenêtre qui s’ouvre pour moi. Je vais leur démontrer que je peux encore jouer dans cette ligue», a-t-il martelé.

Besoin de tout le monde

C’est la bonne attitude à adopter. Surtout dans un calendrier comme celui qu’a amorcé le Canadien mardi, où 25 matchs en 43 jours l’attendent.

Ducharme aura assurément besoin de tous ses effectifs.

Sans compter que Tyler Toffoli (bas du corps) et Joel Armia (COVID-19) manqueront à l’appel pour quelques autres rencontres.

D’ailleurs, depuis le début de la saison, Claude Julien et Dominique Ducharme se sont assuré qu’il soit au fait des moindres détails du système lorsqu’ils feraient appel à ses services.

«Même s’il ne jouait pas de match, Fro a fait partie de toutes nos réunions concernant nos unités spéciales. C’est un joueur expérimenté», a déclaré l’entraîneur-chef du Canadien.

Et l’un des rares qui ont remporté la coupe Stanley dans le vestiaire du Canadien. Un élément à ne pas négliger.

Voyez le point de presse de Frolik dans la vidéo ci-dessus.