Crédit : Photo AFP

Canadiens de Montréal

Au moins la quatrième place pour le CH?

Publié | Mis à jour

En dépit d’une pause impromptue, les derniers jours ont été grandement favorables au Canadien de Montréal, qui a vu ses probabilités de participer aux séries éliminatoires augmenter en raison des ennuis des Flames de Calgary et des Canucks de Vancouver.

Avant d’accueillir les Oilers d’Edmonton au Centre Bell, mardi, la troupe de l’entraîneur-chef Dominique Ducharme comptait 37 points en 31 matchs. Malgré son inactivité reliée à la COVID-19, elle est demeurée dans le top 4 de la section Nord. Effectivement, Calgary et Vancouver accusent deux points de retard sur le Tricolore et le quatrième échelon, tout en ayant joué six parties de plus.  

Ainsi, d’après le site Hockey Reference, les chances d’accéder aux matchs d’après-saison sont de 90,8 % pour le Canadien. En fait, les quatre formations de tête de la division actuellement devraient être celles qui joueront après le 11 mai, selon toute vraisemblance. Les Maple Leafs de Toronto et les Jets de Winnipeg ont des chances établies à 99,7 %, contre 97,7 % pour les Oilers.

À l’opposé, les Flames (8,1 %), les Canucks (3,9 %) et les Sénateurs d’Ottawa (0,1 %) devront espérer un miracle.

Par ailleurs, la même source croit que les Leafs, à 42,8 %, ont les meilleures probabilités de terminer au sommet de la section. Les Jets (32,3 %), les Oilers (15,5 %) et le Bleu-Blanc-Rouge (9,4 %) suivent.

Les affaires sérieuses  

En ce qui a trait au déroulement des séries, l’Avalanche du Colorado est favorisée actuellement, ayant 12,8 % de chances de remporter la coupe Stanley, tout juste devant le Lightning de Tampa Bay (12,3 %) et les Golden Knights de Vegas (11,8 %). Hormis ces trois formations, les Hurricanes de la Caroline (8 %) peuvent y croire un peu plus que les autres équipes.

Au Canada, Toronto (6,9 %) est moins négligée que ses rivales, dont Montréal (3,6 %).

Chez les Jets de Winnipeg, les joueurs et les entraîneurs se sont habitués à revoir les mêmes visages soir après soir. Cependant, ils ont remarqué un sentiment d’urgence d’agir plus palpable chez certaines formations qu’ils ont affrontées récemment, surtout les Flames de Calgary et les Canucks de Vancouver. De plus, leurs prochains rendez-vous avec les Maple Leafs de Toronto, mercredi et samedi, risquent d’évoquer les séries éliminatoires, puisqu’un seul point sépare les deux clubs de tête de la division.

L’instructeur-chef Paul Maurice l’admet : l’heure de passer aux vraies affaires a sonné.

«Je pense que l’intensité augmente, c’est certain, a-t-il dit au quotidien "Winnipeg Sun", lundi matin, avant le triomphe de 5 à 1 des siens à Calgary. Ce n’est jamais comme une partie des séries, n’est-ce pas? C’est pratiquement impossible d’atteindre ce niveau et habituellement, les partisans ont beaucoup à voir là-dedans. Juste avec les spectateurs, il y a tellement d’énergie dans la bâtisse pendant un match éliminatoire. Et présentement, nous n’en avons pas un seul. Cependant, je dirais dans les quatre derniers duels [face aux Canucks et aux Flames ], vous avez clairement constaté le désespoir plus perceptible chez certaines formations.»

Des gros points à l’enjeu 

Effectivement, le pilote des Jets sait bien que des rivaux se trouvent en difficulté avec quelques semaines à faire au calendrier régulier. Il s’attend à de nombreuses rencontres âprement disputées d’ici la fin du parcours de 56 matchs de son club.

«Pour Calgary [lundi], à cause de sa place au classement, il s’agit d’une partie des séries. Et nous devons trouver un moyen d’offrir le même niveau d’énergie que l’autre équipe, ce qui représente un bon test pour notre groupe. Ce n’est pas tout à fait comme les séries, car on ne parle pas du même environnement de travail. Néanmoins, l’horaire le dit bien : nous nous dirigeons vers des duels très difficiles et il en sera ainsi jusqu’à la fin.»

Donc, à l’image de ce qu’ils vivent en séries d’après-saison, les joueurs devront avoir la mémoire courte et éviter de trop penser à une récente contre-performance ou de s’asseoir sur leurs lauriers à la suite d’un triomphe éclatant.

«Chaque soir est un peu différent, mais on se rapproche vraiment du style de hockey des séries, a précisé l’attaquant des Jets Nikolaj Ehlers. Vous le voyez avec les Flames : on les a battus et ils sont revenus en force [samedi]. Nous avons perdu et nous allons rebondir. C’est un peu comme les séries. Quand vous perdez une partie, vous devez gagner la suivante. Ça devient excitant.»