Canucks vs Canadiens

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

LNH

Demko: «il est excellent et nous le savons tous»

Publié | Mis à jour

Brillant devant le filet des Canucks de Vancouver depuis le début du mois de mars, Thatcher Demko fait le bonheur de ses coéquipiers.

De passage à la baladodiffusion Dropping the Gloves, J.T. Miller a envoyé des fleurs à l’homme masqué de 25 ans.

«Je ne sais pas s’il passe sous le radar, mais je sais qu’il est excellent et nous le savons tous, a affirmé l’attaquant des Canucks. Il est super compétitif. Il s’entraîne très fort et il nous donne une chance de gagner tous les soirs. Nous ne pourrions demander plus.»

En 11 départs au mois de mars, Demko a récolté huit victoires, maintenant un taux d’efficacité de ,937 et une moyenne de buts alloués de 2,15.

De plus, le natif de la Californie ne bénéficie pas de la défensive la plus étanche. Depuis le début de la présente campagne, Demko a été le deuxième gardien à recevoir le plus de lancers et il est au quatrième rang pour les minutes jouées.

«Il a un bel avenir devant lui et il joue comme l’un des meilleurs gardiens de la ligue présentement, a analysé Miller. Nous nous attendons à ça de lui et il veut être le meilleur.»

Devant Holtby

Le choix de deuxième tour (36e au total) s’est donc installé comme numéro 1 à Vancouver, devant le vétéran Braden Holtby. Ce dernier a paraphé un contrat de deux ans, d’une valeur de 8,6 millions $, en octobre.

Considérant que Demko deviendra joueur autonome avec compensation à la conclusion de la campagne 2020-2021 et qu’ils doivent offrir des nouvelles ententes aux vedettes Elias Pettersson et Quinn Hughes, les Canucks seront probablement contraints de se départir de l’ancien porte-couleurs des Capitals de Washington.

En attendant, le club tente d’améliorer son classement. Avant les affrontements de dimanche, les Canucks occupaient le sixième rang de la section Nord, à deux points de la quatrième et dernière place donnant accès aux séries éliminatoires.

C’est le Canadien de Montréal qui occupe présentement cet échelon. L’organisation québécoise a toutefois disputé six parties de moins que ses rivaux de la Colombie-Britannique.