Patrice Bernier

Une opportunité à saisir

Une opportunité à saisir

Patrice Bernier

Publié 25 mars
Mis à jour 25 mars

On le constate depuis quelques jours, le printemps arrive au Québec et il s’accompagne, comme à chaque fois, d’un certain vent de renouveau. 

Ce vent souffle également sur le CF Montréal, qui poursuit son camp d’entraînement dans la métropole québécoise avant de s’envoler pour la Floride, où il évoluera dans les premiers mois de la saison 2021. 

Ce renouveau s’incarne, chez le Club de Foot, dans le changement d’identité du club, évidemment, mais aussi dans la nomination d’un nouvel entraîneur, Wilfried Nancy, et aussi dans l’embauche d’une série de nouveaux joueurs sur le marché des transferts. 

Mais ce renouveau-là pourrait-il aussi s’incarner à travers l’émergence de quelques jeunes joueurs issus de l’Académie du club ou du SuperDraft? 

On peut le souhaiter, d’autant plus qu’en 2020, aucun joueur passé pro durant l’année n’a pu bénéficier de minutes de jeu avec le club en MLS. C’était d’ailleurs la première fois qu’une telle chose se produisait depuis l’arrivée de la formation montréalaise dans la ligue en 2012. Il faut aussi souligner que la saison a été nettement plus courte qu’à l’habitude, pandémie oblige, mais tout de même. 

Il faut rappeler que dans le passé, il est arrivé à quelques reprises qu’un joueur promu de l’Académie ou sélectionné au SuperDraft fasse sa place d’entrée de jeu. 

En 2014, le défenseur latéral américain Eric Miller, choisi au SuperDraft, avait obtenu 1646 minutes avec l’équipe première. 

Trois ans plus tard, c’était l’ailier Ballou Tabla qui, sorti de l’Académie, avait disputé 1148 minutes avec l’Impact. 

Puis, en 2018, le milieu Ken Krolicki, un autre joueur pris au SuperDraft, avait gagné rapidement la confiance de l’entraîneur Rémi Garde et avait obtenu 1563 minutes de temps de jeu. 

Y a-t-il un joueur de ce profil capable de faire la même chose avec le CF Montréal en 2021? 

Le club a récemment accordé des contrats à quatre joueurs de son académie qui sont très prometteurs : Sean Rea, Nathan Saliba, Rida Zouhir et Jean-Aniel Assi (qui a joué quelques minutes en Ligue des champions en décembre). Plus tôt en 2020, le club avait aussi promu Keesean Ferdinand et Tomas Giraldo. On retrouve aussi au camp, présentement, quelques joueurs du groupe U23 de l’académie. 

Je peux vous dire que certains d’entre eux font bonne impression. Il y a, pour eux, une opportunité à saisir. 

Un contexte favorable 

Ce qui peut aider ces espoirs, c’est que le CF Montréal de 2021 est considérablement plus jeune que les équipes des saisons passées. Il n’y a pratiquement pas, actuellement, de «cadres» comme Marco Di Vaio, Alessandro Nesta, Matteo Ferrari, des vétérans réputés, indélogeables, dont la présence et l’aura peut inhiber la confiance d’un jeune, malgré leur mentorat. 

Cette fois, l’écart d’âge entre les plus jeunes et la majorité des joueurs n’est pas énorme. Il n’y a pas beaucoup de figures marquantes comme Nesta ou Didier Drogba, qui sont des légendes du sport. 

Cela pourrait faire en sorte que ces jeunes talents seront un peu plus à l’aise. N’oublions pas que ces jeunes issus de l’Académie retrouvent d’autres académiciens, comme Mathieu Choinière ou Clément Bayiha, qu’ils ont déjà côtoyés durant leur formation. Il s’agit d’éléments, dans l’environnement d’un joueur, qui peuvent l’aider à s’exprimer pleinement et à croire en ses chances de tomber dans l’œil de l’entraîneur et de gagner une place ou du temps de jeu.

Ce qui tombe bien, c’est que l’entraîneur, un ancien de l’Académie lui-même, a un certain œil pour reconnaître le potentiel d’un jeune athlète et sait comment les faire grandir un peu plus. 

Il faut également souligner que ces joueurs-là sont très jeunes, à 16, 17 ou 18 ans. Ce ne sont pas des joueurs de 20 ou 21 ans. L’environnement actuel pourrait leur permettre de progresser plus tôt pour rapidement devenir des membres importants de l’équipe première, potentiellement des «cadres», des internationaux, ou même des joueurs qui seront revendus pour offrir à l’organisation un certain retour sur l’investissement fait dans leur développement. 

Rappelons aussi qu’il y a une différence entre devenir pro, et être pro. Lorsqu’on signe son premier contrat, on est content, mais c’est la fin d’un parcours et le début d’un nouveau. 

Il ne s’agit pas seulement de vivre dans le monde des professionnels, mais d’y avoir une longue carrière. Il reste que le joueur est l’acteur principal pour atteindre ses objectifs. Il ne faut pas devenir un figurant de son propre film.

Une vraie saison 

Enfin, on connaît depuis hier le calendrier 2021 de la MLS et il est agréable de pouvoir revenir à une saison complète de 34 matchs. Le CF Montréal jouera beaucoup de matchs, cette année, contre des équipes de l’Est. 

Je suis très heureux de pouvoir participer à la présentation de tous ces matchs à TVA Sports et finalement attaquer une saison «normale». 

Je me croise aussi les doigts pour qu’on se voit éventuellement au Stade Saputo dans le cadre d’un vrai match à domicile!