Impact de Montréal

Crédit : Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin

Club de foot Montréal

Sean Rea, un nom à retenir

Publié | Mis à jour

Ceux qui suivent les activités du CF Montréal de près n’ont pas été surpris quand le club a annoncé la mise sous contrat de Sean Rea en décembre dernier.

Le milieu de terrain de 18 ans poussait au sein de l’Académie depuis 2014 et était l’un des plus beaux espoirs du club. Pour le jeune homme, c’était l’aboutissement d’un rêve.

«J’ai commencé [à l’Académie] j’étais un petit gars de Saint-Léonard qui aimait le foot et qui avait ça en tête.»

«J’avais un but en tête et c’était de signer pro ici à la maison. J’ai fait tout ce qu’il fallait faire pour y arriver.»

Pas rendu

Rea ne s’en est jamais caché, le soccer a toujours été le plan A pour lui, mais pas question de devenir complaisant maintenant qu’il a un contrat professionnel en poche.

«Quand j’ai signé mon contrat, ça m’a enlevé un poids sur les épaules. J’ai atteint mon but.»

«Maintenant, c’est une nouvelle étape. Ils ont ouvert la porte pour moi et maintenant je dois la défoncer.»

On le remarque vite, c’est un jeune combatif et persévérant qui n’a rien laissé se mettre dans son chemin pour atteindre son objectif.

«Avoir le même but m’a beaucoup aidé, surtout dans les moins bonnes journées et c’est important quand tu veux atteindre un objectif.»

Profiter d’une déception

On le mentionnait, Rea est l’un des plus beaux espoirs issus de l’Académie montréalaise et à ce titre, il a une place avantageuse au sein du programme national canadien.

Mais on ne donne rien aux jeunes, malgré tout le talent qu’ils ont. Rea l’a compris en 2019 quand, après avoir participé aux qualifications de la Coupe du monde des moins de 17 ans, il a été laissé de côté pour le tournoi qui avait lieu au Brésil. On a finalement fait appel à lui après une blessure et il a saisi sa chance.

«Ç’a été un moment difficile dans ma carrière parce que j’étais habitué d’être un des meilleurs.»

«Il n’y avait pas de mots pour exprimer comment j’étais fâché et déçu. C’était finalement juste une embûche et je trouve que j’ai bien réagi. C’est un bon feeling quand on regarde ça par la suite et je suis content que les choses soient arrivées ainsi.»

Le directeur de l’Académie et ancien joueur de l’Impact, Patrick Leduc, estime que cette expérience a révélé le vrai caractère de Rea.

«À travers tout ça, il n’a jamais paru abattu quand on le croisait à l’Académie. On a senti qu’il était affamé et qu’il voulait prouver quelque chose.»

«Cette combativité et ce désir de se prouver seront une partie importante de son succès. Il a d’ailleurs joué à cette Coupe du monde et il a bien paru.»

Rea lui-même convient que la situation a finalement eu un effet bénéfique.

«C’est le genre de moment qui t’aide à grandir.»

Se prouver

Sean Rea entend maintenant prouver qu’il a sa place avec l’équipe professionnelle dès maintenant.

«Tout le monde veut sa place, moi je veux me faire remarquer positivement et prendre ma place. Les quelques entraînements que j’ai pu faire avant les Fêtes, je sentais que j’avais ma place.»

«Je veux et peux jouer n’importe où devant. Je veux toujours être dans les discussions des coachs.»

Voilà une belle preuve de confiance et Rea n’en manque pas, sans toutefois jamais tomber dans l’arrogance.