Canadiens de Montréal

«C’était extraordinaire» - Pierre Gervais

Publié | Mis à jour

Le gérant de l’équipement des Canadiens de Montréal, Pierre Gervais, a récemment pris part à un 3000e match dans la Ligue nationale de hockey, plateau qui a été grandement souligné par le Bleu-Blanc-Rouge.

Gervais a été ému aux larmes lors de la diffusion de l’hommage, qui contenait d’ailleurs des témoignages d’anciens joueurs de l’équipe, dont Saku Koivu.

• À lire aussi: Arbitre banni : des joueurs divisés

• À lire aussi: Une fin de saison retardée pour le CH?

«Ça m’a beaucoup surpris, a admis Gevais, mercredi soir, lors de l’émission Dave Morissette en direct sur les ondes de TVA Sports. Je savais que les Canadiens faisaient quelque chose pour moi ce soir-là, mais je ne savais pas que ça serait, pas si gros que ça, mais ç’a été plus loin que je pensais. 

«Il y a beaucoup de personnes du monde du hockey, des joueurs, Saku (Koivu), (Alex) Kovalev, Serge Savard, Bob Nicholson, Patrick Roy qui ont pris le temps de témoigner pour moi. Un moment donné, ça vient te chercher. C’était extraordinaire.»

Gervais a actuellement 3007 matchs derrière la cravate. Il a été un témoin privilégié de plusieurs moments inoubliables et d’anecdotes dont il se rappellera toujours. Disons qu’il a assez de matériel pour écrire un livre, peut-être deux. Est-ce un projet qui pourrait voir le jour?

«Ça pourrait, mais ça ne le sera pas, a indiqué sans équivoque Gervais. Les gens m’ont fait confiance. Je ne détruirai pas ça pour n’importe quoi au monde. 

«Pierre Allard, l’entraîneur du conditionnement physique a dit que je serais la seule personne que les joueurs paieraient pour ne pas qu'il écrive un livre. Ça reste entre moi et la direction, les joueurs, les entraîneurs.»

Gervais, qui a amorcé sa carrière avec les Draveurs de Trois-Rivières de Michel Bergeron, est particulièrement reconnaissant envers ce dernier pour lui avoir donné sa première chance. Bergeron a d’ailleurs avoué qu’il ne payait pas Gervais à ses débuts, chose qui a changé, un peu, après un an.

«J’ai encore le contrat», a avouement candidement Gervais.

Voyez l’entrevue intégrale dans la vidéo ci-dessus.