LNH

«C’est la pire journée de sa vie»

Publié | Mis à jour

Un incident a suffi pour que Tim Peel soit démis de ses fonctions comme arbitre de la Ligue nationale de hockey après 23 années de services.

Alors qu’il était à micro ouvert, l’officiel de 53 ans a déclaré vouloir remettre une punition aux Predators de Nashville «tôt dans la période». Or pour Stéphane Auger, il a simplement tenté de justifier une mauvaise décision à ses collègues.

• À lire aussi: Arbitre banni : des joueurs divisés

• À lire aussi: Un congédiement qui fait des vagues

«Je suis passé par là. Ce ne sont peut-être pas les termes que j’ai utilisés, mais des fois tu essaies de te convaincre que tu as pris la bonne décision.»

Auger est toutefois d’avis que Peel, qui comptait plus de 1300 matchs d’expérience dans la LNH, aurait dû reconnaître ses torts autrement.

«Il aurait dû dire à son collègue "celle-là, je ne l’ai pas vue. Je vais me reprendre". Et parfois, aller voir l’équipe ça se fait. Il a juste mal réagi et ç'a mal sorti.»

Intégrité     

La Ligue a communiqué sa décision en matinée en déclarant que «rien n’est plus important que l’intégrité de notre sport». Mais les hautes instances ont-elles sévi trop sévèrement? Il faut dire qu’il restait un mois de contrat à Peel avant qu’il ne prenne sa retraite.

«Je trouve ça sévère, admet Auger. C’est certain que s’il y avait plusieurs événements sur une carrière de 23 ans (...), et s’il avait eu un manque d’intégrité, on s’en serait rendu compte bien avant.

«Oui il doit y avoir sanction et la Ligue doit réagir, ajoute-t-il. Mais dans ce cas-ci, tu donnes 23 ans de ta vie et du jour au lendemain tu t’en vas de cette façon.»

Sans excuser la controverse que Peel a causée, Auger ne peut qu’être empathique à son égard en considérant l’aspect «humain».

«Je suis passé par là. J’en ai déjà eu de la controverse» où on a remis en question ce qui est le plus important chez un arbitre, mon intégrité. 

«Tu te sens seul au monde. Tim Peel, aujourd’hui, c’est la pire journée de sa vie.»

Souvenirs de Vancouver     

Les amateurs de hockey s’en souviendront, Auger avait été au cœur d’un conflit avec Alex Burrows, lorsque l’actuel instructeur adjoint des Canadiens de Montréal jouait avec les Canucks de Vancouver.

Le 11 janvier 2010, il avait chassé l’attaquant québécois deux fois en troisième période d’un match contre les Predators . Burrows avait publiquement critiqué son travail, propos qui lui ont mérité une amende.

Onze ans plus tard, Auger a laissé entendre qu’il a souffert de cet incident.

«Le lendemain, tu peux perdre ton travail. Tout le monde met en doute ton intégrité», a-t-il expliqué en déplorant que des individus s'en prennent parfois aux familles des officiels.

Ci-dessus, voyez l'intervention de Stéphane Auger.