Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Sports aquatiques

Natation Artistique Canada : congé personnel pour l’entraîneur-chef

Publié | Mis à jour

Gabor Szauder prend un congé personnel en attente du résultat de l’audience du panel disciplinaire qui étudie les plaintes à son sujet.

L’entraîneur-chef de l’équipe nationale de Natation artistique Canada (NAC) est visé par des plaintes de harcèlement, d’abus et de négligence dans la demande d’action collective déposée le 9 mars par cinq anciennes nageuses de l’équipe nationale. Szauber était toujours en place depuis le dépôt de la demande d’action collective.

«Ce lundi, NAC et M. Szauder ont convenu mutuellement que la situation était devenue trop difficile à gérer pour l’équipe et pour lui», a indiqué NAC par voie de communiqué.

Dans la foulée de plaintes de certaines nageuses de l’édition actuelle, une enquête indépendante s’est déroulée en octobre dernier qui a mené à la suspension des activités du Centre national et de son entraîneur-chef.

En janvier, NAC a donné le feu vert pour le retour des nageuses et de Szauder au Centre national.

NAC a confirmé la semaine dernière que l’enquête sur le sport sécuritaire était terminée et que l’organisme était en attente de l’audience du panel disciplinaire.

Les deux parties ne souhaitent pas répondre aux questions des médias. «M. Szauder ne donnera aucune entrevue étant donné ses obligations strictes en matière de confidentialité dans le cadre de l'audience disciplinaire, nous a-t-on prévenu dans le même communiqué. La prochaine disponibilité médiatique de NAC aura lieu la semaine prochaine afin de permettre à l'organisation d'aborder plusieurs priorités-clés dans les jours qui suivent.»

En poste depuis janvier 2019, l’ancien entraîneur-chef des équipes nationales hongroise et slovaque estime qu’il n’a rien à se reprocher et nie les allégations à son endroit. «Il maintient que la sécurité, le bien-être et l'excellence des athlètes ont été et seront toujours ses priorités,» a écrit NAC.

Sanctions

La semaine dernière, NAC avait annoncé la suspension des anciennes entraîneures-cheffes Meng Chen (2012-2017) et Leslie Sproule (2017-18), qui sont également visées par la demande d’action collective d’Erin Willson, Chloé Isaac, Gabriella Brisson, Gabrielle Boisvert et Sion Ormond. NAC avait aussi profité de l’occasion pour déclarer qu’aucune mesure ne serait prise à l’endroit de Szauder et de Julie Sauvé, qui a dirigé l’équipe canadienne de 2009 à 2012. Aussi visée par la demande d’action collective, Sauvé est décédée en avril dernier.

Dans une entrevue qu’elle nous a accordée, vendredi dernier, la directrice générale Jackie Buckingham soutenait que le personnel en place était là pour rester.

«Que ce soit les athlètes, les entraîneurs, les administrateurs et les bénévoles, les gens en place sont les meilleurs pour nous permettre de passer au-travers cette période difficile, avait-elle déclaré. Nous avons appris beaucoup au cours de la dernière année au sujet de la direction que nous voulons prendre et nous sommes conscients des aspects que nous devons améliorer et toutes ces connaissances seraient perdues si on procédait à un changement.»