entraineur Jean-Jacques Daigneault des Mooseheads, Remparts accueillent les Mooseheads Halifax, Centre Videotron, Quebec, 29 fevrier 2020. Photo PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI

Crédit : Photo d’archives, Pascal Huot

LHJMQ

Les Maritimes veulent jouer plus de matchs

Publié | Mis à jour

Puisque, contrairement aux équipes du Québec, elles n’ont pas obtenu d’aide gouvernementale, les équipes des Maritimes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) espèrent pouvoir jouer le plus de matchs de saison régulière possible avant le début des séries éliminatoires.

Le désir des formations de l’Est de jouer des matchs, afin de renflouer les coffres le plus possible, s’ébruite en coulisses depuis quelques semaines.

«Avec les échos que j’entends à gauche et à droite, les séries vont peut-être être finies avant qu’on sache à quel rang on finit au classement général avec ce qui se passe dans les Maritimes», ironisait d’ailleurs l’entraîneur-chef des Foreurs de Val-d’Or, Daniel Renaud, dimanche soir après la victoire des siens contre les Remparts de Québec.

C’est que la LHJMQ vit deux situations complètement différentes depuis le début de la saison: ses équipes du Québec ont pu maintenir un calendrier relativement régulier depuis l’instauration des environnements protégés. En date d’aujourd’hui, les formations du Québec ont joué entre 22 et 36 matchs cette saison, une situation soutenable grâce à l’aide financière de 12 millions $ offerte par le gouvernement provincial aux douze formations de la province et ce, même si on prévoyait un calendrier de 60 matchs en début de saison.

Deux mondes

Dans les Maritimes, c’est différent. Les formations ont pu accueillir un nombre limité de spectateurs tout au long de la saison, mais n’ont pas reçu d’aide de la part de leurs gouvernements respectifs. En n’atteignant pas 60 matchs, ils ne rempliront pas certaines ententes avec des partenaires financiers.

«Ce que nous voulons en ce moment, c’est jouer le plus de matchs de saison régulière possible, a mentionné lundi le président des Mooseheads d’Halifax, Brian Urquhart. Je ne sais pas si on va atteindre 60 matchs, mais on aimerait s’en approcher. Je sais que la ligue travaille sur un format de séries et nous tenons à ce qu’il y en ait. On suivra la décision de M. [Gilles] Courteau, mais c’est évident qu’on aimerait jouer le plus de matchs possible.»

Dernière «bulle»

Le problème, c’est que les séries devraient débuter aux alentours du 7 avril. La LHJMQ devrait annoncer au cours des prochains jours le fonctionnement des prochaines séries, à savoir si elles seront tenues dans une seule ou différentes bulles, notamment.

Reste à voir comment manœuvrera le circuit Courteau pour accommoder les équipes des Maritimes.

Par ailleurs, le circuit Courteau a annoncé lundi que la dernière série d’événements d’environnement protégé au Québec aurait lieu à Baie-Comeau, Rouyn-Noranda, Victoriaville et Sherbrooke, du 31 mars au 2 avril prochain.

Chaque équipe y disputera donc ses deux derniers matchs de la saison avant le début du tournoi éliminatoire.