Crédit : Photo d'archives, COURTOISIE

Sports divers

À 19 ans, Eliot Grondin termine deuxième au classement général

Publié | Mis à jour

En terminant en septième position de la dernière étape de la Coupe du monde de snowboardcross disputée, samedi, à Veysonnaz en Suisse, Éliot Grondin s’est assuré de la deuxième place dans la course au Globe de cristal.

Excellent fait d’armes pour celui qui en est seulement à sa troisième saison sur le circuit de la Coupe du monde, mais le planchiste de Sainte-Marie-de-Beauce n’est pas surpris de sa réalisation.

«Ce n’est pas une surprise, affirme-t-il. L’an dernier avant la dernière Coupe du monde, j’occupais le troisième rang au classement général avant de me retrouver en septième place. Je savais que je serais capable de batailler pour une place sur le podium cette année. J’ai été constant toute l’année. Après ma 25e position en Géorgie, je savais que mes chances de terminer au premier rang étaient minces. Il aurait fallu que je gagne aujourd’hui (samedi) et que le meneur ne termine pas dans les six premiers. Les chances étaient assez basses. Je suis vraiment content d’avoir partagé le podium au cumulatif en compagnie d’Alessandro (Haemmele) et de mon ami français Merlin Surget.»

Il termine la saison avec 304 points comparativement à 430 pour Haemmele. Surget a complété le podium au cumulatif.

Freiné en demi-finale

Dans sa quête d’un autre podium, samedi, Grondin a été freiné en demi-finale alors qu’il a terminé au troisième rang de sa vague par des poussières (0,09 s). Il a pris le troisième rang de la petite finale.

«En demi-finale, j’ai été pris sous la planche de l’Américain et je n’ai pas été en mesure de pousser ma planche pour terminer en deuxième place, a-t-il expliqué. Dans la petite finale, j’ai été impliqué dans un accrochage dans le dernier virage alors que mon adversaire a changé de trajectoire. Nous avons tous les deux chuté sinon je me dirigeais vers une première ou une deuxième place.»

Médaillé d’argent lors des deux dernières éditions du championnat mondial junior, Grondin a décidé après une longue réflexion avec sa garde rapprochée de s’offrir une dernière opportunité de monter sur la plus haute marche du podium.

Après deux trajets de bus, un vol entre Munich et Moscou et une dernière balade en autocar pour un total de 30 heures de déplacement, le planchiste de 19 ans se pointera finalement à Krasnoïarsk en Russie, dimanche, en prévision du mondial qui aura lieu mardi.

«C’est ma dernière participation au mondial junior et le but est de ramener l’or, a-t-il résumé. Toute la pression sera sur moi parce que tout le monde s’attend à ce que je gagne et ça va être une bonne expérience dans mon développement. En Coupe du monde, je ne suis pas le favori et la pression est sur les épaules de l’Autrichien (Alessandro Haemmele). Nous en avons parlé avec mon entraîneure et nous avons décidé d’y aller. Je me sens vraiment bien, mais ça ne sera pas un échec si je ne gagne pas.»